GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Italie: des panneaux publicitaires bientôt sur les murs d'églises à Venise?

    Façade de l'église Sant'Antonio à Venise, en Italie. (Photo d'illustration) Godromil/wikimedia.org

    Les façades des églises de Venise seront-elles bientôt transformées en panneaux publicitaires ? C’est la solution trouvée pour financer la nécessaire restauration d’une cinquantaine d’édifices religieux qui tombent en ruine dans le centre historique de la ville. Une solution originale qui fait des remous dans la lagune.

    De notre correspondante à Rome,

    Imaginez-vous en promenade derrière le Grand Canal, passer une ruelle, déboucher sur un campo, ces places vénitiennes qui ressemblent à des salons, et là « boum ! », vous tombez sur un gigantesque panneau publicitaire pour une marque de jeans ou de téléphone qui masque la façade d’une église du XIIe siècle comme un paravent. Avouez qu’il y a de quoi être dépité. Et pourtant, c’est ce qui va arriver, car c’est la seule solution trouvée par les Vénitiens pour sauver leurs églises rongées par le temps, le sel et l’humidité.

    A Venise aujourd’hui, une trentaine d’églises sont complètement abandonnées. Il faut des centaines de milliers d’euros très vite  pour éviter que certaines ne s’écroulent. La ville a déjà offert aux annonceurs des espaces uniques. On a vu le palais des Doges recouvert d’une publicité pour des cuisines, le pont des Soupirs emballé dans un décor pour Coca-Cola. Tout un côté de la place Saint-Marc recouvert par une fameuse marque de champagne pour survivre, la Sérénissime offre ses monuments aux publicitaires. Même si c’est sans enthousiasme.

    Commission pour sélectionner les annonceurs

    Le Vatican n’a rien à dire. Ces églises appartiennent au diocèse, ou à la commune, parfois même à des privés en multipropriété. Et le patriarcat de Venise est lui-même à l’origine de cette initiative.

    D’autres solutions avaient bien été tentées, comme la transformation de certains lieux de culte désaffectés en salles d’expositions, ou bien le sponsoring, mais tout cela n’est pas suffisant. On sait qu’une commission veillera sur la sélection des annonceurs qui recouvriront les façades de ces monuments religieux pour vérifier notamment leur conformité avec la morale catholique. On imagine mal, par exemple, la façade d’une chapelle disparaître sous le buste dénudé de l’une de ces méga-publicités pour les soutiens-gorge, pourtant omniprésentes dans les villes italiennes.

    Qu’en pensent les Italiens ?

    Les Italiens ne s’en sont pas émus. On a déjà vu les deux plus belles églises de la place du peuple, à Rome, recouvertes d’immenses panneaux pour Samsung, ce qui a permis d’en financer la restauration. Les marchands sont d'ailleurs déjà présents dans les temples.

    En revanche, plusieurs historiens d’art critiquent sévèrement ce choix. A les entendre, l’Etat a tout à fait les moyens de restaurer ces monuments religieux ou pas, les fonds existent. C’est l’administration et la complexité des procédures qui paralysent tout. Ce qui fait que l’on intervient presque toujours trop peu – et surtout trop tard – sur un patrimoine culturel immense, de Venise à Palerme.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.