GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Huile de palme : Indonésie et Malaisie ripostent à la décision de Bruxelles

    Un ouvrier récolte des noix de palme à Sumatra (Indonésie) le 18 janvier 2017. Jefta Images / Barcroft Images / Barcroft Media via Getty Images

    La Commission européenne a décidé d'exclure l'huile de palme des biocarburants en 2030. Les deux principaux pays exportateurs, Indonésie et Malaisie, organisent la riposte.

    L'Indonésie et la Malaisie fulminent contre la décision de Bruxelles. Dans sa directive du 13 mars, la Commission européenne vient de classer l'huile de palme dans les biocarburants non durables, la moitié de l'expansion du palmier à huile dans ces deux pays asiatiques entre 2008 et 2015 ayant empiété sur les zones à haut stockage de carbone, dont les forêts. Bruxelles imposera à partir de 2023 un plafonnement puis, d'ici 2030, la suppression de l'huile de palme de la liste des biocarburants, ceux qui sont subventionnés au titre de la transition énergétique dans les transports en Europe.

    Deuxième débouché

    Une décision qui fait mal aux deux géants asiatiques de l'huile de palme, alors que les cours mondiaux sont déjà faibles. L'Europe est le deuxième débouché mondial de cette huile tropicale, derrière l'Inde, et plus de la moitié des importations européennes d'huile de palme étaient destinées aux biocarburants. L'Indonésie et la Malaisie jugent qu'il s'agit d'une décision discriminatoire, par rapport aux autres huiles de colza ou de soja.

    Chantage au Rafale

    Les autorités de Djakarta veulent porter plainte contre l'Europe auprès de l'Organisation mondiale du commerce et elles encouragent les compagnies indonésiennes à attaquer la directive en justice. Les deux pays asiatiques déclarent qu'ils vont revoir leurs relations commerciales avec les pays européens. Les autorités malaisiennes menacent en particulier de renoncer à leurs achats d'avions de combat Rafale et Typhoon.

    Dérogation pour les petits producteurs

    Bruxelles a pourtant autorisé l'huile de palme sous certaines conditions dans les biocarburants européens. L'huile de palme provenant de plantations de moins de 2 hectares sera toujours autorisée, pour préserver les petits producteurs. De même que l'huile de palme cultivée sur des terres déjà très dégradées ou utilisant des palmiers à huile à haut rendement, exigeant moins de surface. Ces dérogations inquiètent les écologistes, ils craignent, étant donné la pression sur les terres agricoles dans ces deux pays d'Asie, que les petits producteurs ne fassent progresser leurs plantations aux dépens des tourbières, puits de carbone.
    De son côté, la Malaisie semble avoir devancé les nouvelles exigences européennes puisqu'elle expérimente une plantation de palmiers nains deux fois plus productifs à l'hectare.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.