GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: le Congrès bloque une vente d'armes à l'Arabie saoudite, un revers pour Trump
    • Ankara juge «injuste» la décision américaine de bloquer sa participation au programme F-35
    • États-Unis: rejet par la Chambre des représentants d'une motion appelant à une procédure de destitution de Trump
    • CAN 2019: le Nigeria domine la Tunisie 1-0 lors de la petite finale et termine 3e de la compétition
    • Abandon des poursuites contre l'acteur américain Kevin Spacey dans le Massachusetts

    Lituanie-justice: retour sur les répressions soviétiques de janvier 1991

    Des partisans pro-démocrates tiennent une banderole demandant le retrait de l'Armée rouge de Lituanie le 22 mars 1991 à Vilnius. AFP/Virgis Usinavichius

    La justice lituanienne va rendre un verdict important dans la journée dans le procès pour crime contre l’humanité lors des répressions soviétiques de janvier 1991. Ce procès a débuté, il y a déjà longtemps, début 2016. Soixante-six accusés, des heures et des heures d’audience pour retracer le fil des événements vieux de près de trente ans.

    Dans la nuit du 12 au 13 janvier 1991, les chars soviétiques attaquent la tour de télévision à Vilnius. La Lituanie a déjà déclaré son indépendance un an plus tôt, mais, de facto, le pays est encore une république soviétique. Les Lituaniens forment un bouclier humain autour du Parlement. Les Omon, les forces spéciales russes, interrompent la diffusion des émissions. Au pied de la tour de télévision, les blindés roulent sur la foule et écrasent 14 personnes. Ceux qui ont été jugés lors de ce procès, ce sont donc les têtes pensantes de cette attaque, les hauts gradés qui ont pris les décisions au ministère de la Défense, au KGB. Les parties civiles ont demandé, en vain, à ce que Mikhail Gorbatchev témoigne. Il était alors à la tête de l’URSS.

    Un nouveau procès

    Un premier procès avait eu lieu en 1991, six personnes avaient été jugées. Mykolas Burokevicius à la tête du parti communiste lituanien avait été condamné à douze ans de prison. Mais en 2010, le Parlement a adopté un amendement permettant de juger les accusés par contumace et c’est ce qui a permis la tenue d’un nouveau procès. Moscou a toujours refusé de coopérer. De tous les accusés, seuls deux sont présents en Lituanie.

    Pour Robertas Povilaitis, le fils de l’une des victimes, c’est le processus qui est important, qualifier la nature du régime soviétique. Dans la région balte, ce procès est une première. Mais pour Robertas Povilaitis, il pourrait y avoir encore une suite, car l’un des accusés, Golovatov, a clairement indiqué avoir reçu des ordres de Mikahil Gorbatchev. L’ex-chef pourrait devoir répondre devant la justice.

    La Lituanie est aujourd’hui indépendante depuis près de trente ans. Elle fait désormais partie de l’Union européenne et de l’Otan. Le procès trouve ainsi un résonnement particulier dans le pays.

    La révolution pacifique

    L’attaque de la tour de télévision, puis celle d’un poste-frontière sont les deux épisodes mortels de la lutte de la Lituanie pour son indépendance, car la révolution balte a été, en fait, très pacifique, elle s’est faite en chantant même. Chaque année, des feux sont allumés pour commémorer le 13 janvier. Les célébrations du centenaire de la Lituanie en 2018 ont remis l’histoire au cœur des discussions dans le pays. Et dans un contexte de relations tendues avec la Russie, suite à l’agression russe en Ukraine, tous les exemples de résistance à l’ennemi soviétique sont honorés. Funérailles nationales pour la dépouille retrouvée d’un chef de la résistance. Une récente décision de la Cour européenne des droits de l’homme a été saluée ici. Elle a confirmé la condamnation d’un ex-agent du KGB pour génocide. Il avait arrêté des opposants lituaniens en 1956. Le verdict rendu aujourd’hui est très attendu.


    Sur le même sujet

    • Lituanie / Corruption

      Lituanie: vaste affaire de corruption au sein de la justice

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      La croisade anti-féministe de l’extrême droite espagnole

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      Le roman «Les Verts» au centre d'une polémique en Lituanie

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Autriche: vers une nouvelle alliance droite-extrême droite ?

    Autriche: vers une nouvelle alliance droite-extrême droite ?
    Les Autrichiens vont de nouveau voter le 29 septembre prochain pour élire leurs députés et leur chancelier, qui devra composer un nouveau gouvernement. Ces législatives anticipées sont la conséquence de l’Ibizagate, du nom de ce scandale de corruption (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.