GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Fuite des cerveaux au Maroc, la France montrée du doigt

    Au Maroc, les cabinets de recrutements français qui viennent débaucher les ingénieurs informatiques. (Photo d'illustration : une vue de Casablanca). Getty Images/appassionato fotografo viaggiatore

    Depuis plus d’une année, le Maroc est confronté à une fuite des cerveaux dans l’informatique. Les responsables du secteur dénoncent les effets pervers du visa French Tech qui simplifie les procédures pour le recrutement à l’étranger d’informaticiens.

    Zakaria Daanoune soupire au téléphone. Depuis plusieurs mois, le DRH de GFI Afrique, une entreprise de services du numérique française installée au Maroc voit partir ses meilleurs cadres.
    « Le mois dernier c’était quatorze personnes, et au mois de janvier c’était sept personnes, sur un effectif de 300 personnes. »

    En cause, les cabinets de recrutements français qui viennent débaucher les ingénieurs informatiques. Ainsi, selon Saloua Karkri-Belkeziz, depuis le début de l’année, chaque samedi dans un grand hôtel de Casablanca, sont organisées par ces cabinets des sessions de recrutement express.
    « Ils reçoivent une centaine de candidats, et en fin de journée, il y a entre quarante et cinquante contrats de recrutements qui sont faits sur place. Ils s’occupent de toute la logistique par la suite, à tel point que l’on constate des phénomènes de départ sans même accomplir les préavis dans les sociétés où ils sont, ce qui pose des problèmes pour ces sociétés. »

    Saloua Karkri-Belkeziz dirige l’Apebi, la Fédération des entreprises du secteur de haute technologie. Pour elle, les pratiques de ces cabinets de recrutement mettent en péril les délocalisations. Depuis 2005, le Maroc a ouvert ses portes aux sociétés européennes du numérique qui peinent désormais à trouver sur place les bons profils. Selon elle, le visa French Tech mis en place par le gouvernement Macron pour faciliter le recrutement de talents étrangers a bel et bien des effets pervers.
    « Ce que l’on regrette en fait, c’est que ce label n’est pas maîtrisé par la France. C’est-à-dire qu’il n’est malheureusement pas octroyé aux seules entreprises de la technologie. Les entreprises que l’on voit venir n’ont parfois rien à voir avec les technologies, certaines sont des cabinets de recrutements purs et simples. »

    Mounir Madjoubi, le secrétaire d’État français en charge du numérique qui vient de démissionner du gouvernement, récuse cette vision des choses.
    « Le visa French Tech ne va rien changer à l’état actuel des migrations de ces talents. L’enjeu pour le Maroc, c’est de former plus de personnes. »

    Justement le Maroc forme chaque année 8 000 ingénieurs de haut niveau et va donc développer encore davantage cette filière afin de pallier au manque de main-d’œuvre. L’autre solution, de plus en plus préconisée par les entreprises marocaines est d’aller recruter en Afrique subsaharienne.


    Sur le même sujet

    • L'Afrique en marche

      L'Afrique face à l'intelligence artificielle

      En savoir plus

    • L'Afrique en marche

      Maroc: VTbot le robot enseignant, vedette du forum Futur E.S. in Africa

      En savoir plus

    • L'Afrique en marche

      Hadaf, une association marocaine à l'aide des déficients mentaux

      En savoir plus

    • L'Afrique en marche

      Maroc: Eco-heat, start-up innovante récompensée

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Guinée: les déplacés de la bauxite

    Guinée: les déplacés de la bauxite
    En Guinée, l’extraction de la bauxite, la matière première dont on tire l’aluminium, est la principale ressource financière du pays. Au nord-ouest du pays près de la ville de Sangaredi se trouve la mine de la CBG, la Compagnie des bauxites de Guinée. (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.