GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: un policier a été blessé à la jambe par une flèche tirée par un manifestant (forces de l'ordre)
    • Iran: le guide suprême Khamenei déclare soutenir la décision d'augmenter les prix de l'essence (TV d'État)
    • Présidentielle au Sri Lanka: Sajith Premadasa, le principal adversaire de Gotabhaya Rajapakse reconnaît sa défaite
    • Sri Lanka: Gotabhaya Rajapakse revendique la victoire à la présidentielle (porte-parole)

    Tchad / France: les liaisons dangereuses

    Le président français Emmanuel Macron (g) et son homologue Idriss Déby (d), lors de leur coférence de presse commune dans la capitale tchadienne, le 23 décembre 2018. © AFP/Ludovic MARIN

    Du 3 au 6 février 2019, des Mirage 2000 français sont allés frapper au nord du Tchad, à la demande de N’Djamena, une colonne de rebelles venus en pick up, lourdement armés, du sud libyen. Qualifiés par le régime d’Idriss Déby de « terroristes et de mercenaires », ces hommes étaient en réalité des opposants tchadiens de l’UFR, l’Union des forces de la résistance, dirigés par Timan Erdimi, qui ne cache pas son objectif : renverser son oncle, le président Deby.
    Pourquoi la France a-t-elle volé au secours de l’armée tchadienne ? Sur quelle base légale ? Quel rapport entre ces raids et la lutte anti-terroriste que sont censés mener les militaires de l’opération Barkhane ? L’opposition tchadienne –des partis traditionnels aux groupes armés- a-t-elle raison de dénoncer une violation du droit international ? La France s’est-elle fait manipuler par Idriss Deby, son partenaire clé du G5 Sahel ? En continuant à soutenir un autocrate, au pouvoir depuis bientôt 30 ans, la France prend-elle des risques à plus long terme ? Le Tchad est-il toujours un solide pilier au sein d’une région en pleine déliquescence ?

    Trois invités :
    - Marielle Debos, maîtresse de conférences en Sciences politiques à l’Université Paris-Nanterre, a publié en 2013 « Le métier des armes », aux éditions Khartala
    - Jérôme Tubiana, anthropologue, journaliste, spécialiste du Darfour, du Soudan, du Soudan du Sud, et du Tchad pour le Small Arms Survey, a publié la BD « Guantanmo kid » chez Dargaud en 2018
    - Vincent Hugeux, grand reporter à l’Express, spécialiste de l’Afrique et du Proche-Orient, a publié « Kadhafi » chez Perrin en 2017.


    Sur le même sujet

    • Tchad

      Tchad: l'état-major français confirme de nouvelles frappes contre une colonne armée

      En savoir plus

    • Tchad / France

      Tchad: il y a 50 ans, la France lançait l’opération «Limousin» dans le Tibesti

      En savoir plus

    • Tchad

      Raids français au Tchad: Idriss Déby remercie Paris

      En savoir plus

    • Centrafrique

      RCA: des Mirage 2000 français appuient la Minusca dans sa reprise de Bambari

      En savoir plus

    • Invité Afrique

      G5 Sahel: «Laisser plonger le Sahel, c'est laisser plonger le monde»

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.