GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Arabie saoudite a décidé d'accueillir des forces américaines (ministère saoudien)
    • Golfe: le deuxième navire relâché, d'après son propriétaire britannique
    • CAN 2019: l'Algérie sacrée championne d'Afrique après sa victoire en finale face au Sénégal 1-0 (but de Baghdad Bounedjah)
    • Détroit d'Ormuz : Londres dénonce «la saisie inacceptable» de «deux navires» par l'Iran
    • Pétrolier «confisqué»: Washington dénonce la «surenchère de la violence» de l'Iran
    • Iran: les Gardiens de la révolution disent avoir «confisqué» un tanker britannique

    Caucase/Russie: en Ingouchie, un échange de territoires qui ne passe pas

    L'Ingouchie, dans le Caucase, a pour frontières l'Ossétie du Nord et la Tchétchénie. (Carte : RFI)

    Depuis plusieurs mois, l’Ingouchie est en proie à des manifestations d’une ampleur sans précédent. Un mouvement de contestation suscité par un échange de territoires contesté avec la Tchétchénie voisine.

    De notre correspondant à Moscou

    C’est une contestation inédite qui secoue depuis l’automne dernier la petite République d’Ingouchie. A l’origine de ce mouvement de colère, le nouveau tracé de la frontière avec la Tchétchénie de Ramzan Kadyrov… frontière qui n’avait jamais été délimitée depuis l’éclatement de l’URSS. C’est pour régler ce différend une fois pour toutes que les autorités locales des deux Républiques se sont mises d’accord, en octobre dernier, sur un échange de territoire. Problème, et cause de la fureur en Ingouchie : cet échange s’est fait largement en faveur de la Tchétchénie de Ramzan Kadyrov.

    L’Ingouchie perdrait ainsi, selon les estimations, entre 7 et 10% de son territoire. Et cette ponction passe d’autant moins bien auprès de la population ingouche que celle-ci a déjà, par le passé, subi une amputation de territoire. « Un tiers du territoire ingouche a déjà été donné à l’Ossétie du Nord, une République à majorité chrétienne qui se trouve à l’ouest de l’Ingouchie, rappelle Ekaterina Sokirianskaïa, spécialiste du Caucase russe et directrice du Centre d’analyse et de prévention des conflits. Le transfert a eu lieu sous Staline, et à l’époque la population ingouche a été massivement transférée en Asie centrale. » Traumatisme national qui marque, encore aujourd’hui, la conscience collective en Ingouchie. Pour la population locale, cet échange de territoire constitue donc un véritable camouflet.

    Reprise en main sécuritaire

    Autre élément à prendre en compte, les ambitions prêtées à Ramzan Kadyrov, le puissant dirigeant de la République de Tchétchénie. « Les Ingouches sont très fiers de leur République et ne veulent pas la perdre, explique Ekaterina Sokirianskaïa. Mais leur république est la plus petite de la Fédération de Russie, et ils ont déjà par le passé été contraint de fusionner avec un voisin plus puissant. En outre, ils savent que Ramzan Kadyrov a des visées expansionnistes, et qu’il a une capacité d’influence très forte à Moscou. »

    Officiellement, le Kremlin se contente d’affirmer que cet échange de territoires est une affaire interne aux deux Républiques, et s’en remet à la justice russe - qui s’est emparée de la question pour confirmer la légalité du transfert. Mais il est évident que Moscou a dû donner son feu vert… et soutenir un projet qui suscite aujourd’hui encore la colère de la population ingouche.

    A la fin du mois de mars, un nouveau rassemblement s’est ainsi tenu à Magas, la capitale d’Ingouchie, donnant lieu à des affrontements violents entre manifestants et forces de police. Depuis cette manifestation, les médias russes ont fait état d’arrestations, de perquisitions, bref d’une reprise en main sécuritaire. Tout est fait, semble-t-il, pour éviter que la contestation se poursuive.


    Sur le même sujet

    • Si loin si proche

      Des Balkans au Caucase, là où se mêlent les eaux

      En savoir plus

    • Russie / droits de l'homme

      Russie: des bureaux de l'ONG russe Memorial incendiés dans le Caucase

      En savoir plus

    • Chronique des droits de l'homme

      Grigory Shvedov, rédacteur en chef du «Caucasian Knot» («le nœud du caucase»)

      En savoir plus

    • Russie

      Russie: un collaborateur d'Amnesty enlevé et passé à tabac en Ingouchie

      En savoir plus

    Prochaine émission

    L'Allemagne prépare les commémorations de l'attentat raté contre Hitler

    L'Allemagne prépare les commémorations de l'attentat raté contre Hitler
    Il y a dix ans, sortait le film Valkyrie. Tom Cruise y jouait le rôle principal, celui du comte Stauffenberg, le personnage central de l'attentat manqué contre Adolf Hitler le 20 juillet 1944. Aujourd'hui, 75 ans après, l'Allemagne va commémorer cet événement (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.