GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un indépendantiste élu à la tête du Congrès de Nouvelle-Calédonie (officiel)
    • Taïwan acte les premiers mariages homosexuels en Asie

    Ghana: Google IA prend ses quartiers à Accra

    Une employée de Google dans les nouveaux locaux de l'entreprise à Accra. AFP/Cristina Aldehuela.

    Google a officiellement inauguré jeudi 11 avril son tout premier centre de recherche en intelligence artificielle d'Afrique. Après Paris, New York, Tokyo ou Pékin, c’est à Accra que le géant d’Internet a lancé son dernier laboratoire. Ce nouveau centre a pour objectif d'utiliser les technologies avec une perspective africaine pour tenter de résoudre des problématiques concrètes et locales de divers secteurs économiques.

    En plein centre d’Accra, le tout nouveau laboratoire de Google réunit dix chercheurs venus du monde entier. Comme Nyalleng Moorosi, ingénieure informatique originaire du Lesotho, l’équipe se focalise à appliquer l’intelligence artificielle à la réalité du continent.

    « Quand j’ai su qu’ils allaient créer ce laboratoire, j’ai tout de suite dit oui. Pour moi c’est l’occasion de travailler avec les ressources de Google, tout en restant sur le territoire africain de manière à me concentrer sur les problèmes que nous avons chez nous. Certains de mes collègues par exemple essaient de voir comment la vision par ordinateur, qui est une branche de l’intelligence artificielle, peut diagnostiquer les maladies sur les plantes en agriculture ; aussi l’apprentissage statistique peut être utilisé dans les transports, car on sait combien le trafic est un problème dans les villes africaines... »

    L’intérêt des universitaires

    Moustapha Cissé, le directeur du centre, insiste sur l’aspect collaboratif. « Beaucoup d’entre nous ont un "background" dans la recherche fondamentale, d’autres font également de la recherche appliquée. Par exemple lorsque nous voulons appliquer certaines à l’agriculture, il est important d’avoir un chercheur qui a déjà appliqué ces techniques dans son domaine, etc. Toutes ces pièces du puzzle font qu’à la fin ça marche. Mais l’Afrique n’a pas attendu qu’on soit là ! Quand nous venons ici, ce que nous souhaitons faire, c’est justement contribuer à renforcer cet écosystème, ce tissu de chercheurs. »

    Bourses d’études, cycles de conférences, stages. Le monde universitaire entend profiter de l’installation de Google IA au Ghana. Ayorkor Korsah est la directrice du département des sciences informatiques de l’université Ashesi d’Accra. « L’un de mes objectifs en tant qu’éducatrice est de former les jeunes en Afrique pour qu’ils rejoignent le rang des créateurs de solutions technologiques. Vous savez, beaucoup de gens sont inquiets. "L’intelligence artificielle va-t-elle détruire mon emploi ?", et se demandent finalement "vers quel avenir allons-nous ?!". Donc, c’est extrêmement important que les jeunes, ici, soient impliqués dans la création de cette technologie, plutôt que simplement utiliser des outils qui auraient été conçus ailleurs. »

    Le nouveau centre de Google entend déjà recruter de nouveaux chercheurs.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.