GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Les réseaux sociaux ont-ils modifié les formes de mobilisation populaire?

    Face à ces mobilisations massives et pacifiques, les régimes en place ont compris qu’ils ne pouvaient plus, comme jadis, réprimer trop durement et à huis clos. Brent Lewin/Bloomberg via Getty Images

    Comme chaque semaine, nous retrouvons la chronique de Bruno Daroux, Le Monde en Questions. Cette semaine, retour sur le rôle joué par les réseaux sociaux dans certaines crises politiques récentes, au Venezuela, en Algérie, ou encore au Soudan. Et la question posée est la suivante : l'explosion des réseaux sociaux a-t-elle modifié les formes de mobilisation populaire ?

    C’est une nouvelle donnée incontournable dans la vie politique de nombreux pays - notamment dans les nations autoritaires. Alors pourquoi ? D’abord parce que les réseaux ou certaines applications comme WhatsApp permettent d’organiser des rassemblements très vite, entre soi, de manière horizontale, sans avoir à en référer à quiconque. Ensuite, parce que dans des pays non démocratiques, l’accès à internet permet aux jeunes générations d’être informées de ce qui se passe ailleurs - malgré un système d’informations classique souvent verrouillé.

    Les pouvoirs autoritaires aujourd’hui n’ont plus le monopole de la délivrance ou de la rétention des informations, et même s’ils continuent à empêcher les médias critiques de pouvoir s’exprimer, ils n’ont pas prise sur internet - sauf à couper l’accès à la Toile, mais c’est compliqué et cela impacte l’économie.

    Des jeunes générations informées et regroupées

    Du coup, les jeunes générations réussissent à s’informer et à être en contact - donc, à se sentir plus forts -, plus facilement, et surtout plus rapidement, que dans le passé. Le résultat, on peut l’observer en plusieurs points de la planète : depuis le début de l’année, au Venezuela, en Algérie et au Soudan, une contestation forte des régimes en place se déroule sous nos yeux.

    Ces pays ont bien sûr de fortes spécificités, mais ils ont aussi quelques points de similitude : des régimes fortement militarisés et peu démocratiques, un leader très contesté, et donc des manifestants qui s’organisent et se mobilisent via les réseaux sociaux, avec parfois le soutien d’organisations syndicales ou politiques par exemple.

    La fin d'un système

    Face à ces mobilisations massives et pacifiques, les régimes en place ont compris qu’ils ne pouvaient plus, comme jadis, réprimer trop durement et à huis clos. Ils essaient donc de gérer ces rassemblements avec moins de violence, et ont adopté la même stratégie en Algérie et au Soudan : dégager le vieux leader, le sacrifier sur l’autel de la continuité du régime.

    Car les autres dirigeants du même régime font tout pour rester en place. Et ils misent sur le revers de la médaille de ces manifestations : horizontales, elles manquent de figures de proue et parfois de contenu politique élaboré. Le dégagisme, oui, mais quoi ensuite ? Ce qui leur permet de faire comprendre que c’est eux ou le vide. Confrontation en cours, résultat imprévisible pour l‘instant.

    • L'heure de tous les dangers dans le Golfe?

      L'heure de tous les dangers dans le Golfe?

      Et comme chaque semaine nous retrouvons Bruno Daroux, pour Le Monde en Question.  Nous revenons cette semaine sur le regain de tension entre les Étas-Unis et l’Iran depuis …

    • La nouvelle menace jihadiste en Afrique de l’Ouest ?

      La nouvelle menace jihadiste en Afrique de l’Ouest ?

      Et comme chaque semaine nous retrouvons Bruno Daroux, pour Le Monde en Question. Cette semaine, retour sur la libération de quatre otages, dont les deux Français enlevés …

    • Maduro/Guaido: la lutte finale?

      Maduro/Guaido: la lutte finale?

      Comme chaque vendredi, nous retrouvons la chronique de Bruno Daroux, Le Monde en Questions. Nous revenons cette semaine sur la crise au Venezuela et la tentative de Juan …

    • Poutine et Kim à Vladivostok: à qui a profité la rencontre?

      Poutine et Kim à Vladivostok: à qui a profité la rencontre?

      Comme chaque vendredi, nous retrouvons la chronique de Bruno Daroux, Le Monde en Questions. Vous revenez cette semaine sur le mini-sommet qui a réuni jeudi le Président …

    • Incendie de Notre-Dame: pourquoi tant d’émotion planétaire?

      Incendie de Notre-Dame: pourquoi tant d’émotion planétaire?

      Comme chaque semaine, nous retrouvons la chronique de Bruno Daroux, Le Monde en Questions. Cette semaine, retour sur le terrible incendie qui a en partie détruit la cathédrale …

    • De quoi le Brexit est-il le nom?

      De quoi le Brexit est-il le nom?

      Le Monde en Questions revient sur l’incroyable semaine que vient de vivre le Parlement britannique : trois votes en trois jours pour essayer d’y voir plus clair sur le …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.