GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Mondial féminin : le Cameroun bat la Nouvelle-Zélande (2-1) et se qualifie pour les 8e de finale
    Dernières infos

    Fin du «système» en Algérie comme au Soudan…

    Jean-Baptiste Placca. Photo : Claudia Mimifir

    Difficile d'expliquer au général Gaïd Salah et au président Bensalah qu’il n’y a plus rien à sauver, et qu’ils peuvent remballer !

    Après Bouteflika, Omar el-Bechir ! Les Soudanais ont même fait mieux : en l’espace de deux jours, ils sont parvenus à obtenir l’éviction du président, puis du successeur que l’armée lui a choisi. Exactement ce que veulent les Algériens. Et ce n’est pas fini ! A Alger comme à Khartoum, la population semble savoir ce qu’elle veut. Pourquoi vous paraît-il si évident qu’elle l’obtiendra ?

    Elle l’obtiendra, sans doute en raison de l’image de détermination et d’endurance offerte par le mouvement, dans les deux pays. C’était, évidemment, un peu plus pacifique en Algérie qu’au Soudan, où il y a eu de nombreux morts. Mais, comme le clamait, hier, au micro de RFI, un manifestant algérien, ce peuple sait où il ne veut pas aller. Il n’y a plus que le général Ahmed Gaïd Salah, pour espérer un hypothétique retournement de situation. Avec Abdelkader Bensalah et, peut-être, quelques autres dignitaires de l’ordre ancien qui se terrent, ils peuvent toujours ruser encore quelques jours, tenter de diviser le mouvement en semant la zizanie, pendant une ou deux semaines. Mais ces subterfuges offrent peu de chances de succès. C’est la fin ! « Le système », comme l’appellent les Algériens, va être détruit, anéanti, comme Carthage !...

    Comme elle est surprenante, l’incapacité des régimes qui s’imposent indéfiniment à leurs peuples à garder un peu de lucidité, quelque capacité d’analyse ! Pour la première fois, on parle, depuis hier, de violence, de blessés, à Alger. Les deux mois de manifestations contre Bouteflika n’ont été qu’une démonstration de maîtrise et de discipline de la part d’un peuple digne et debout. Le président dont ne voulait plus la population est parti, sans que des blessés ou des morts jonchent son chemin vers la sortie.

    Qui accepterait que le sang des Algériens se mette subitement à couler, juste pour permettre aux anciens compagnons de Bouteflika de s’imposer à sa suite ? Dommage qu’il n’y ait pas, en Afrique, quelque voix pour rappeler au général Gaïd Salah et à Monsieur Bensalah qu’il n’y a plus rien à sauver, et qu’ils peuvent remballer !

    Vous pensez au retrait du général Ahmed Ben Auf, au Soudan ?

    Lui, au moins, il lui reste encore un peu de lucidité. Gaïd Salah imagine-t-il la place que tiendrait aujourd’hui Bouteflika dans le cœur des Algériens, s’il avait pris les devants, en ne briguant pas ce cinquième mandat du déshonneur ? L’ancien président, qui avait une si haute idée de son destin, va, à présent, finir sa vie dans l’indifférence, et personne ne le pleurera, lorsqu’il s’en ira. Tout cela, pour un cinquième mandat, supplément de gloutonnerie, qu’il n’a même pas pu briguer. Et malgré tout, ses amis veulent risquer leur liberté, la vie des Algériens et, accessoirement, peut-être la leur, pour continuer à jouir de privilèges dont ils sont déjà repus.

    Si seulement, derrière le silence dans lequel se mure l’Afrique, l’on pouvait détecter le cri du peuple algérien, signifiant à Gaïd Salah et à Bensalah qu’ils se sont disqualifiés, et n’ont pas la confiance des populations pour les mener à des élections qui pourraient déboucher sur pire que le pire qu’ils viennent de vivre pendant deux décennies !

    A Khartoum, pendant ce temps, les manifestants attendent les intentions du général Abdel Fattah Abdelrahman Burhan, pour décider de la suite.

    Comme c’est impressionnant ! Même si l’on sait que les choses peuvent devenir un peu plus compliquées, lorsque les mille et un pères (et mères) de cette révolution pacifique voudront, chacun, avoir sa place (ou son mot) dans la conduite de la transition. Mais, la maturité avec laquelle ils ont, jusqu’ici, mené leur mouvement, autorise à penser que les Soudanais sauront se surpasser pour trouver un modus operandi. En sachant que les partis politiques traditionnels guettent, en embuscade, et tous ne sont pas plus recommandables que le sieur el-Béchir.

    Alors, nouveau printemps arabe, et même printemps africain ?

    Les peuples qui subissent des régimes sans fin ont tendance à se gargariser de slogans, ou à s’abreuver d’illusions, lorsqu’ils voient les prouesses d’autres peuples. Comme le Burkina, la Gambie, hier, l’Algérie et le Soudan, aujourd’hui. Mais pourquoi el-Béchir tombe au bout de trente ans, Bouteflika après vingt ans, Compaoré au bout de vingt-sept ans, et Yahya Jammeh après vingt-trois ans ?

    Le fruit n’était peut-être pas mûr. Le peuple lui-même n’était peut-être pas prêt, n’avait pas la maturité qu’il a pu montrer, au moment crucial. Sans compter que, pour que de tels régimes tombent, il faut que des gens réfléchissent, quelque part, élaborent une, des stratégies, avec des plans B, C, D, bref, autant qu’il en faut, pour ne pas rentrer à la maison, à la première désillusion. Le hasard et l’improvisation suffisent rarement à sauver un peuple d’un régime despotique, ou d’un tyran.

    Prochaine émission

    Xénophobie: à quoi jouent les Ivoiriens ?

    Xénophobie: à quoi jouent les Ivoiriens ?
    La Côte d'Ivoire a beau se mentir, elle ne pourra faire l'économie d'une courageuse introspection pour comprendre pourquoi et comment la nation-modèle de Félix Houphouët-Boigny, en tout juste un quart de siècle, a perdu ses repères et perd régulièrement (…)
    • Xénophobie: à quoi jouent les Ivoiriens ?

      Xénophobie: à quoi jouent les Ivoiriens ?

      La Côte d'Ivoire a beau se mentir, elle ne pourra faire l'économie d'une courageuse introspection pour comprendre pourquoi et comment la nation-modèle de Félix Houphouët-Boigny, …

    • Cruel déficit de courage dans le leadership africain

      Cruel déficit de courage dans le leadership africain

      La promptitude de la réaction africaine à la suite du massacre des manifestants du sit-in à Khartoum au Soudan, suivi de l'intervention du Premier ministre éthiopien, …

    • L'union par le libre-échange?

      L'union par le libre-échange?

      À défaut de l'unité à laquelle appelait l'Osagyefo Kwame Nkrumah, l'Afrique va, à présent, s'essayer au libre-échange continental. Mais avec quelles chances de succès, …

    • Un Panafricanisme des compétences

      Un Panafricanisme des compétences

      Une réponse cinglante, en deux phrases, lui a suffi pour situer et distinguer son pays, la Côte d'Ivoire, à qui l'on reprochait alors un endettement trop lourd.

    • De la balkanisation à l'atomisation

      De la balkanisation à l'atomisation

      Qu'ont donc fait les Africains de « l'intangibilité des frontières héritées de la colonisation », le credo des pères fondateurs, à la création, en mai 1963, de ce qui …

    • «Super Koné»: sur Houphouët-Boigny, une œuvre inachevée…

      «Super Koné»: sur Houphouët-Boigny, une œuvre inachevée…

      Le défunt photographe laisse une banque d’images impressionnante, véritable trésor, que l’Afrique aurait tort de ne pas, enfin, valoriser. Et, sur le père de l’indépendance …

    • Une place pour l'éternité…

      Une place pour l'éternité…

      Dans ce métier, où l'on donne de moins en moins une première chance aux jeunes journalistes, ceux-ci doivent, hélas !, parfois prendre des risques, pour s'affirmer aux …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.