GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les États-Unis ont abattu un drone iranien au-dessus du détroit d'Ormuz (Trump)
    • Juin 2019, mois de juin le plus chaud sur Terre depuis 140 ans (National Oceanic and Atmospheric Administration)
    • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
    • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
    • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
    • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
    • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
    • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
    • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves

    Autriche: projet de loi pour lutter contre le harcèlement en ligne

    Le gouvernement autrichien (image d'illustration). BARBARA GINDL / APA / AFP

    À Vienne, le gouvernement autrichien a présenté la semaine dernière son projet de loi pour lutter contre le harcèlement en ligne. Un projet de loi qui prévoit de limiter l’anonymat sur internet. Éclairage.

    De notre correspondante à Vienne,

    C’est un sujet dont on parle évidemment beaucoup en Europe : comment lutter contre le cyber-harcèlement ? Comment empêcher ces messages de haine envoyés par certains internautes, souvent anonymes ? À ces questions, le gouvernement autrichien veut apporter une réponse ferme. L’Autriche souhaite en effet contraindre par la loi dès 2020 les grandes plates-formes internet à établir l’identité de leurs utilisateurs.

    Concrètement, les internautes qui postent des messages sur les sites internet devront, à l’avenir, donner leur nom et leur adresse à l’exploitant du site. Ce dernier devra stocker ces données et s’il y a une enquête, les transmettre aux autorités. Cette disposition s’appliquerait aux plates-formes qui comptent plus de 100 000 utilisateurs en Autriche, à celles qui ont réalisé un chiffre d’affaires d’au moins 500 000 euros dans le pays, mais aussi aux médias qui ont bénéficié d’aides publiques. La plupart des sites internet des médias autrichiens sont donc concernés, tout comme les grands opérateurs Facebook et Twitter.

    Un projet de loi loin de faire l’unanimité

    Certains doutent de son efficacité, c’est le cas du Parti social démocrate, qui rappelle que de nombreux internautes postent des messages de haine sous leur véritable identité et non sous pseudonyme. D’autres voient dans ce projet une restriction de la liberté sur internet. Sigrid Maurer notamment. Le cas de cette élue, elle-même victime de cyber-harcèlement, avait été mis en avant par le gouvernement pour justifier la nécessité d’une loi. Mais aujourd’hui, elle dénonce « une utilisation abusive de (son) cas pour présenter une loi de censure ».

    Inquiétude aussi chez certaines ONG comme Epicenter Works, pour qui cela ouvre la voie à une surveillance totale des internautes, car ils devront transmettre certaines de leurs données personnelles. Une « ingérence massive dans la sphère privée », explique Max Schrems, juriste autrichien connu dans le monde entier pour ses combats contre les géants du net, et qui s’oppose, lui aussi, à ce projet de loi du gouvernement.

    Le gouvernement autrichien qui, quelques jours auparavant, avait présenté son projet de taxe Gafa, lui aussi critiqué

    Et parfois pour les mêmes raisons... Faute de décision européenne commune, l’Autriche souhaite, à l’instar de la France, initier sa propre taxe Gafa, c’est-à-dire taxer les géants du numérique. Vienne prévoit une taxation à hauteur de 5% des revenus publicitaires des sociétés du numérique qui ont réalisé un chiffre d'affaires mondial d’au moins 750 millions d'euros, dont 25 millions en Autriche. Mais là encore, les ONG s’inquiètent car ce projet pourrait contraindre les entreprises à stocker les données des utilisateurs. On voit donc, en Autriche, comme ailleurs en Europe, que la régulation d'internet continue de faire débat.

    Prochaine émission

    Autriche: vers une nouvelle alliance droite-extrême droite ?

    Autriche: vers une nouvelle alliance droite-extrême droite ?
    Les Autrichiens vont de nouveau voter le 29 septembre prochain pour élire leurs députés et leur chancelier, qui devra composer un nouveau gouvernement. Ces législatives anticipées sont la conséquence de l’Ibizagate, du nom de ce scandale de corruption (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.