GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Tour d’Europe des résultats et décryptage avec nos invités en studio, nos correspondants et envoyés spéciaux de 7h à 9h (heure de Paris, 5h-7h TU)

    Le commerce de la gomme arabique épargné par les troubles du Soudan

    Gomme arabique (Photo d'illustration). ©GEORGES GOBET/AFP

    Le Soudan est le premier exportateur mondial de gomme arabique, l'une des principales ressources du pays, après l'or et le pétrole. Pour l'heure le commerce de cette gomme d'acacia soudanaise est épargné par les troubles dans le pays.

    « Pour le moment la gomme arabique sort du Soudan », confirme Frédéric Alland le PDG de la PME française Alland et Robert, l'un des premiers importateurs au monde, joint au téléphone. La récolte de cette sève de l'acacia, qui s'est déroulée entre décembre et mars, au Soudan, est finie depuis un mois et demi. Les boules de gomme ont été séchées. L'heure est à l'acheminement des sacs de gomme entre les zones de production, en particulier la région d'El Obeid, dans le Kordofan, et Port-Soudan sur la mer Rouge.

    Lenteurs à Port-Soudan

    C'est là que les gommes sont chargées à bord de bateaux feeders, qui les transbordent sur de plus gros bateaux de l'autre côté de la mer Rouge, à Djeddah, sur la côte saoudienne. Direction ensuite l'Europe ou les Etats-Unis, pour la transformation de la gomme, elle sera utilisée le plus souvent sous forme de poudre pour diluer les arômes dans les sodas, pour enrober les gélules de médicaments et bien sûr dans la confiserie.

    Manque de carburant et de cash

    Il y a pourtant eu quelques troubles à Port-Soudan. Des grèves ont perturbé les activités portuaires au cours des dernières semaines. Les dockers soudanais contestaient la décision du gouverneur de vendre le port à une société philippine. Mais ce projet a été abandonné avant même la chute d'Omar El Bechir à Khartoum. « Les compagnies maritimes ont certes un peu réduit la fréquence de passage des feeders à Port Soudan » depuis le début de la révolution, constate le PDG d'Alland et Robert. « Mais le principal problème vient du transport intérieur au Soudan qui est très perturbé par le manque de carburant pour les camions ainsi que par le manque de cash pour payer les chauffeurs et le carburant disponible ».

    Chute des prix

    Les importateurs ne s'inquiètent cependant pas outre mesure. D'ailleurs les prix en dollars sont en baisse par rapport à l'an dernier (2 200 dollars FOB la tonne contre 2 300 l'an dernier). Non seulement du fait de la chute de la monnaie soudanaise, mais parce que la récolte 2018/2019 est de nouveau très abondante. Les stocks de gomme arabique à destination sont donc très confortables.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.