GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Tour d’Europe des résultats et décryptage avec nos invités en studio, nos correspondants et envoyés spéciaux de 7h à 9h (heure de Paris, 5h-7h TU)

    Europe: des lanceurs d’alerte au secret des affaires

    Le lanceur d'alerte Antoine Deltour descend les marches du palais de justice luxembourgeois avec son avocat William Bourdon, le 26 avril 2016. REUTERS/Vincent Kessler

    Les lanceurs d’alerte sont désormais protégés dans l’Union européenne. C’est le sens de la directive européenne qui a été approuvée en début de semaine par le Parlement européen.

    Leurs noms ne vous disent pas nécessairement grand-chose : ils s’appellent Antoine Deltour, Irène Frachon ou Hervé Falciani. Sans eux, sans Antoine Deltour, pas de Luxleaks, cette affaire qui a révélé comment des grandes entreprises échappaient à l’impôt. Sans la médecin Irène Frachon, pas de Mediator, ce médicament des laboratoires Servier responsable de 2000 décès. Ou sans Hervé Falciani, pas de Swissleaks qui a mis à jour des milliers de comptes bancaires d’évadés fiscaux en Suisse. On pourrait citer aussi les Panama Papers, Cambridge Analytica ou le dieselgate. A chaque fois, il y a un homme ou une femme à l’origine du scandale. Si la presse et les consortiums de journalistes d’investigation leur doivent l’essentiel de leurs révélations, ils sont très souvent poursuivis, pour ne pas dire harcelés judiciairement par des organisations puissantes, et ils doivent généralement renoncer à leur carrière tant la simple évocation de leur nom sent le soufre.

    Mardi, le Parlement européen a voté à une écrasante majorité un texte qui fera date : il garantit aux lanceurs d’alerte une protection dans l’Union et interdit toute forme de représailles, à leur encontre comme à l’encontre de ceux qui les ont aidés, à commencer par les journalistes. Et ce, quelle que soit la façon dont ils ont rendu publique leur information. La France, comme la Hongrie et la Suisse, souhaitait que la révélation soit d’abord portée à la connaissance de l’entreprise ou de l’organisation mise en cause pour que l’alerte soit donnée en interne.

    Les députés européens en ont décidé autrement : il faut protéger et même encourager le signalement des infractions dans l’UE, zone du monde désormais la plus protectrice pour les lanceurs d’alerte, selon la rapporteure du texte, Virginie Rozière.

    Le dispositif interdit donc de les licencier et invite même les Etats à pénaliser toute action de représailles. En France, c’est actuellement le tribunal des prudhommes qui joue ce rôle comme on le voit avec la SNCF qui vient d’être condamnée à réintégrer un salarié qui avait dénoncé des irrégularités.

    Il faut préciser toutefois que ce texte permet de faire passer dans l’opinion une autre directive : celle du secret des affaires. Une directive qui joue contre la révélation d’informations sensibles. Le magazine Challenges est jugé en ce moment en appel pour avoir révélé en 2018 que Conforama se trouvait dans une situation financière délicate. Au droit à l’information et à l’intérêt général, l’entreprise oppose la confidentialité du droit du commerce. Avec une loi sur le secret des affaires, ce type de conflits ne peut que se multiplier.


    Sur le même sujet

    • Aujourd'hui l'économie, le portrait

      Antoine Deltour, lanceur d'alerte depuis 7 ans

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Le premier lanceur d'alerte letton devant la justice

      En savoir plus

    • «Défense d’informer», des journalistes convoqués par la DGSI

      «Défense d’informer», des journalistes convoqués par la DGSI

      Cette semaine dans la Chronique des médias, retour sur secret défense qui est de plus en plus opposé aux journalistes en France pour limiter leur travail d’investigation.

    • Quand les géants du web luttent contre le terrorisme

      Quand les géants du web luttent contre le terrorisme

      Nous parlons ce matin des efforts que réalisent les grandes plateformes américaines pour lutter contre la propagation de contenus violents et terroristes avec notamment …

    • Le monde du lobbying selon Monsanto

      Le monde du lobbying selon Monsanto

      Un fichier de personnalités établi pour le compte de Monsanto, le géant de l’agrochimie, a fuité. Une liste dans lesquels on retrouve bon nombre de journalistes et de …

    • Guerre d’images au Venezuela

      Guerre d’images au Venezuela

      La guerre des images fait rage au Venezuela entre les médias fidèles au président Maduro et l’opposition menée par Juan Guaido, alors que ce dernier appelle ce samedi …

    • Qu'est-ce qui définit un journaliste en France?

      Qu'est-ce qui définit un journaliste en France?

      L'arrestation de Gaspard Glantz, du nom de ce reporter interpellé 48 heures par la police et qui s’est vu interdire la couverture des manifestations de « gilets jaunes …

    • Le double visage de Julian Assange

      Le double visage de Julian Assange

      Cette semaine dans la Chronique des médias, il est question de la bataille qui s’engage avec l’arrestation de Julian Assange, au Royaume-Uni. C’est par nature la question …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.