GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: le Congrès bloque une vente d'armes à l'Arabie saoudite, un revers pour Trump
    • Ankara juge «injuste» la décision américaine de bloquer sa participation au programme F-35
    • États-Unis: rejet par la Chambre des représentants d'une motion appelant à une procédure de destitution de Trump
    • CAN 2019: le Nigeria domine la Tunisie 1-0 lors de la petite finale et termine 3e de la compétition
    • Abandon des poursuites contre l'acteur américain Kevin Spacey dans le Massachusetts

    En Espagne, un scrutin anticipé sous haute tension

    ce sont des élections législatives anticipées très polarisées qui se tiennent ce dimanche 28 avril en Espagne. REUTERS/Juan Medina

    Ce dimanche 28 avril, 37 millions de votants espagnols (soit un million de plus qu' il y a deux ans) sont appelés aux urnes pour renouveler les 350 sièges de la Chambre basse et les 208 du Sénat. L’incertitude est le maître mot de ce rendez-vous. La plupart des sondages donnent gagnant l’actuel chef du gouvernement socialiste Pedro Sánchez, mais doutent que son score soit suffisant pour obtenir la majorité absolue. Selon les enquêtes, entre 30 et 40% des votants ont décidé très tard de leur vote. Qu'est ce qui fait la spécificité de ce scrutin ?

    de notre correspondant à Madrid, François Musseau

    Tour d'abord il s'agit d'élections législatives anticipées puisque Pedro sanchez, au pouvoir depuis 2016, a rompu en janvier avec son allié parlementaire, les séparatistes catalans car ceux ci ne voulaient pas renoncer à l’auto-détermination. Ensuite, ces élections consacrent certainement la fin du bipartisme (socialiste et parti populaire), qui ont gouverné le pays depuis quatre décennies. Il y a aujourd’hui cinq partis importants et plus seulement deux.

    Enfin, ce scrutin est très polarisé, et autour de clivages nouveaux. Jusqu’ici par exemple, on pouvait parfaitement imaginer une entente entre les socialistes et les libéraux de Ciudadanos. Désormais cela apparaît impossible. Il y a d’un côté le bloc de gauche, le socialiste Sanchez, Podemos et, peut-être des partis nationalistes basques, catalans ou canariens. Et de l’autre, un bloc de droite, parti populaire, Ciudadanos et les extrémistes de Vox. La grande question est de savoir si l’un ou l’autre de ces deux blocs va emporter les 176 sièges de la majorité absolue.

    Peut-on imaginer un gouvernement de coalition?

    Oui et ce serait la grande nouveauté de ce scrutin. L’Espagne est le seul pays des cinq premières puissance économiques européennes à ne jamais avoir connu un gouvernement de coalition, si ce n'est avec des appuis extérieurs. A gauche, il sera difficile de faire alliance avec les nationalistes. A droite, c’est plus probable. De fait, les trois partis de droite gouvernent ensemble depuis janvier en Andalousie et le PP et Ciudadanos ont assuré que malgré toutes les différences ils étaient prêts à gouverner avec l’extrême droite de Vox.


    Sur le même sujet

    • Politique, le choix de la semaine

      Pourquoi Macron s’inquiète des élections en Espagne

      En savoir plus

    • Carrefour de l'Europe

      En Espagne, un paysage politique fracturé… vers un gouvernement introuvable?

      En savoir plus

    • Espagne

      Législatives en Espagne: un paysage politique fragmenté, une campagne virulente

      En savoir plus

    • Espagne

      Législatives en Espagne: derniers meetings pour la droite et l’extrême-droite

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Autriche: vers une nouvelle alliance droite-extrême droite ?

    Autriche: vers une nouvelle alliance droite-extrême droite ?
    Les Autrichiens vont de nouveau voter le 29 septembre prochain pour élire leurs députés et leur chancelier, qui devra composer un nouveau gouvernement. Ces législatives anticipées sont la conséquence de l’Ibizagate, du nom de ce scandale de corruption (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.