GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La peur du chômage va-t-elle influencer le vote indien ?

    Le Premier ministre indien Narendra Modi montrant son doigt encrée après avoir voté à Ahmedabad dans le Gujarat, le 23 avril 2019. REUTERS/Amit Dave

    En Inde les plus longues élections législatives jamais organisées à travers le monde sont entrées dans leur quatrième phase. Et au fil du temps et de l’actualité, les enjeux du scrutin évoluent : la priorité des électeurs n’est plus la sécurité, c’est désormais le chômage.

    Dans le dernier sondage -effectué par CVoters-Ians, publié ce week-end par la presse indienne il y a eu effectivement un basculement de l’opinion : 28% pensent maintenant que l’emploi est le principal problème que le futur gouvernement devra résoudre et 21% seulement mettent l’accent sur l’insécurité, alors qu’à la mi-mars la peur du terrorisme était au coude à coude avec les thématiques économiques. Malgré le discours identitaire brandi pendant toute la campagne par le Premier ministre sortant Narendra Modi et son équipe du BJP, ses échecs économiques lui reviennent aujourd’hui en boomerang.

    Le bilan économique de Narendra Modi est-il si mauvais ?

    Il est surtout décevant. La croissance promise est bien au rendez-vous. A 6,7% pour l’exercice 2017/2018 et une prévision encore plus forte pour l’année en cours elle demeure impressionnante, et pourtant c’est encore bien trop lent pour rattraper la Chine, l’une des ambitions affichées par le leader du parti hindou. La lutte contre l’inflation a aussi donné un résultat mitigé. La hausse des prix s’est calmée, elle est passée en dessous de la barre des 10%, mais cette performance est très artificielle. L’inflation a suivi la pente descendante du cours de baril de pétrole dont l’Inde est un gros importateur net, mais chaque fois que le brut remonte, cela entraîne le retour de l’inflation et c’est ce que les analystes redoutent pour les prochains mois, depuis que Donald Trump a annoncé le blocage complet du commerce du brut iranien, dont l’Inde est un gros client.

    Le quotidien des Indiens s’est-il dégradé pendant ces cinq ans de gouvernance Modi ?

    Les Indiens ont surtout été traumatisés par la mise en œuvre ratée de réformes présentées comme majeures. D’abord l’opération surprise de démonétisation censée supprimer la corruption. La Banque centrale a en fait servi de grande lessiveuse en reprenant des milliards de roupies sans atteindre l’argent de la corruption déjà réinvesti dans des actifs sûrs. En revanche ce choc monétaire a totalement congestionné l’économie dominée par l'informel. L’introduction de la TVA a été une deuxième réforme titanesque qui a raté son objectif de simplification. Quant au décloisonnement de l’économie, il a bien profité aux investissements étrangers qui ont bondi ces dernières années, mais la création d'entreprises bute encore sur les blocages bureaucratiques qui ralentissent la moindre décision.

    Les Indiens se disent surtout préoccupés par la montée du chômage.

    Un phénomène difficile à cerner parce que les chiffres fiables et récents sont rares. D’après les données gouvernementales confidentielles qui ont fuité dans la presse le chômage a bel et bien augmenté, il est supérieur à 6%, du jamais vu depuis 45 ans. Les villes sont encore plus touchées que les campagnes. Onze des plus grands États ont des taux supérieurs à la moyenne nationale. Le Gujarat qu’a dirigé Narendra Modi et qu’il a érigé en modèle de réussite économique a aussi renoué avec le chômage. En fait la croissance indienne est prodigieuse, mais encore bien trop lente face à la poussée démographique. Chaque mois un million de jeunes supplémentaires arrivent sur le marché de l’emploi. Donner à l'économie la capacité d'absorber cette main-d'œuvre sera le plus gros défi du prochain gouvernement.

    ►En bref,

    La réunion annuelle des actionnaires de Boeing se tient aujourd'hui à Chicago, au moment où la responsabilité de l'avionneur est à nouveau sur la sellette.

    Boeing a attendu le crash du 737 Max de la Lion air pour prévenir les compagnies que le signal lumineux avertissant des dysfonctionnements de son système anti décrochage était désactivé et qu'il était devenu optionnel et payant. C'est ce qu'ont découvert l'an dernier des inspecteurs de l'agence de régulation du ciel américain en analysant la flotte de la compagnie Southwest, ils ont alors envisagé de clouer tous les Max au sol et ont finalement renoncé. L'accident de l'Éthiopian Airlines aurait donc pu être évité.

    Pour la première fois en sept ans, les États-Unis ont augmenté leurs dépenses militaires en 2018

    C'est ce qui ressort de l'enquête annuelle du Sipri, l'institut de Stockholm de recherche sur la paix. Les dépenses mondiales sont en hausse pour la deuxième année consécutive, surtout à cause des États-Unis et de la Chine, les deux premiers budgets de défense au monde. Dans le top 5 suivent l'Arabie Saoudite, l'Inde et la France.


    Sur le même sujet

    • Inde

      Inde: dans l’Uttar Pradesh, des paysans pauvres décidés à boycotter l’élection

      En savoir plus

    • Inde

      L’Inde entre dans la deuxième phase des élections législatives

      En savoir plus

    • Inde

      Législatives en Inde: vers un enracinement du nationalisme hindou?

      En savoir plus

    • Inde

      Législatives en Inde: la sortie d'un film à la gloire de Narendra Modi annulée

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Pourquoi le Brexit sans accord défendu par Boris Johnson inquiète les pays africains

    Pourquoi le Brexit sans accord défendu par Boris Johnson inquiète les pays africains
    Au Royaume-Uni, Boris Johnson devrait logiquement succéder à Theresa May au poste de Premier ministre à l’issue du vote organisé par le parti conservateur. C’est donc un partisan d’un Brexit dur qui prend les commandes. Si sa ligne s’impose, elle provoquera (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.