GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le Parti socialiste (PSOE) du président du gouvernement espagnol sortant Pedro Sanchez et la formation de gauche radicale Podemos ont scellé un accord de principe pour former un gouvernement de coalition, ont annoncé ce mardi 12 novembre MM. Sanchez et Pablo Iglesias, chef de Podemos, lors d'une conférence de presse. Ces deux formations, qui ont déjà échoué à s'entendre à plusieurs reprises, auront toutefois besoin de l'appui d'autres forces pour une investiture par la chambre basse, à l'issue des législatives de dimanche 10 novembre.

    RDC: «Le 1er ministre est issu de la majorité parlementaire, il viendra du FCC»

    Aubin Minaku ex-président de l'Assemblée nationale en RD Congo. AFP Photo/Junior D.Kannah

    Aubin Minaku a dirigé l'Assemblée nationale congolaise pendant près de sept ans et a cédé le perchoir vendredi dernier à Jeanine Mabunda. Il est aussi l'un des principaux cadres du FCC, la coalition pro-Kabila et à ce titre, il fait partie de ceux qui discutent avec leurs alliés de Cach - la coalition pro-Tshisekedi -, du partage du pouvoir au sein de cette alliance et donc de l'épineuse question du Premier ministre et du gouvernement qui ne sont toujours pas nommés, plus de trois mois après l'élection et malgré les promesses de Félix Tshisekedi qui a promis la semaine dernière que c'était pour bientôt.

    Rfi : Monsieur Minaku, vous faites partie de l’équipe de négociations autour de la nomination du Premier ministre et du gouvernement. Pourquoi est-ce que cela bloque encore ?

    Aubin Minaku : D’abord, le plus important est de savoir que le fait que FCC et Cach dialoguent, échangent, composent ensemble une majorité parlementaire, c’est une petite première en Afrique centrale. C’est une petite première, ces deux chefs de file qui se sont mis ensemble. Ils ont trouvé une solution pour la paix. L’essentiel c’est de comprendre cela.

    Ce n’est pas le signe d’un problème au sein de cette coalition FCC-Cach, plus de trois mois maintenant ?

    Il n’y a pas de problème. Mais nous gérons une situation nouvelle. Et donc il est clair que, de temps en temps, nous pouvons prendre un tout petit peu de temps. Et je crois que même le premier Premier ministre de la législature passée a été nommé au mois de mai.

    La Constitution dit que le Premier ministre doit être choisi au sein de la majorité parlementaire. Cette majorité est composée de Cach et du FCC. Est-ce que cela veut dire que le Premier ministre peut être issu de Cach ou bien est-ce que c’est exclu, selon vous ?

    Le Premier ministre est issu de la majorité parlementaire. Et nous savons tous que cette majorité parlementaire est composée du FCC et de Cach. Le Premier ministre viendra du FCC. Le FCC, c’est près de 335 députés et Cach c’est un peu plus de 50 députés. Ce n’est même pas un débat, sauf dans la presse.

    Comment est-ce que vous réagissez au rôle que jouent les Américains dans ces discussions qui ont poussé Félix Tshisekedi à s’opposer à la nomination d’Albert Yuma ?

    Les Etats-Unis d’Amérique sont une grande puissance, un État souverain. Et nous aussi, nous gérons les questions politiques congolaises sur base de notre souveraineté. Et donc je ne pense pas que nous soyons influencés par un autre État sur ce genre de questions.

    Au sein de l’UDPS, certains réclament la fin de l’alliance entre votre coalition et celle du président Tshisekedi, en vous reprochant de vous accaparer tous les postes. Qu’est-ce que vous leur répondez ?

    Quels postes ?

    Tous les postes à l’Assemblée, tous les postes au Sénat, tous les postes de gouverneurs…

    En tout cas, avec Cach je ne crois pas qu’il y a ce genre de problèmes. Vous savez, le Cach, l'UDPS, c'est un grand parti ! Des millions de sympathisants !

    Mais ils sont très, très peu représentés dans les assemblées législatives...

    ... C’est un grand parti et donc les militants peuvent avoir des points de vue. C’est normal dans une démocratie ! Que disent les organes de Cach, les organes du FCC ? C’est l’harmonie.

    On sait qu’il y a eu des soupçons de corruption très forts aussi au sein des élections sénatoriales où ils espèrent avoir plus de postes.

    Je pense que je vais inviter les uns et les autres à nous laisser un peu tranquilles dans notre relation naissante entre FCC et Cach. Il n’y a point de crise. Tout se fait dans la compréhension.

    Moïse Katumbi a été blanchi. Vous en pensez quoi ? S’il rentre demain, est-ce qu’il risque encore quelque chose ?

    De toute façon, on ne le tuera jamais, s’il rentre au Congo. Mais la loi sera toujours d’application. Il ne faut pas esseuler une décision judiciaire. Je sais qu’il y a eu plusieurs procédures. Il faut voir à travers toutes ces procédures. S’il est totalement absous, ok. Mais s’il y a un problème, la justice fera son travail.

    Quel bilan tirez-vous de vos sept années passées à la tête de l’Assemblée nationale ?

    Nous avons adopté un peu plus de 200 lois dans des domaines importants - la République -, notamment la loi portant réorganisation et fonctionnement de la Cour des comptes. Et je crois qu’à cet égard, tant sur le plan quantitatif que qualitatif, le bilan est largement positif.

    Vos détracteurs vous reprochent de n’avoir pas exercé un contrôle parlementaire. Pourquoi, par exemple, ne jamais avoir accepté de diligenter des enquêtes parlementaires contre des entreprises publiques, comme la Gécamines ou la Sonas, comme beaucoup de députés le réclamaient ?

    Nous avons diligenté plusieurs enquêtes et certaines ont abouti à des sanctions.

    Jamais sur la Gécamines ou la Sonas, par exemple, pour lesquelles il y a des accusations d’importants détournements de fonds.

    Il est vrai que beaucoup souhaitaient un contrôle parlementaire très policier contre la Gécamines et d’autres. Nous n’avons pas eu le temps de le faire pour la Gécamines, la République ne s’est pas arrêtée.

    On parle de centaines de millions de dollars de recettes publiques qui ont disparu...

    Il est vrai que la problématique du coulage des recettes publiques, des détournements, la corruption, est capitale et a été importante dans notre pays. Il faut combattre ces vices, ces fléaux, mais avec méthode et sérénité.

    Vous étiez pressenti parmi d’autres pour prendre la tête de la nouvelle Assemblée et plusieurs cadres de votre coalition affirment qu’en choisissant Jeanine Mabunda, Joseph Kabila a voulu vous sanctionner pour n’avoir pas su faire gagner son dauphin à la présidentielle.

    Ça c’est de la méchanceté, quelque part. Nous avons tous travaillé. Un dauphin a été désigné, nous avons été surpris de la défaite de notre dauphin - de notre défaite, que nous devons assumer. Mais heureusement que du côté du Parlement, Assemblée nationale, assemblées provinciales, le Sénat, nous avons une majorité écrasante. Cela prouve que nous avons tout de même travaillé.

    Il n’y a pas eu de sanctions. C’est tout juste des calculs, de la stratégie de la famille politique. Il est tout à fait normal qu’après sept ans, par exemple pour moi, qu’une autre camarade du PPRD et du FCC puisse me remplacer. Surtout qu’elle est intellectuelle, elle a une belle expérience et elle peut bien tenir aussi cette maison parlementaire autant que moi et peut-être même mieux que moi.

    Vous léguez à votre successeure de nombreux arriérés législatifs. Pourquoi, par exemple, avoir laissé dormir dans les tiroirs de l’Assemblée une proposition de loi sur la liberté de la presse, discutée depuis plus de trois ans, et qui contient des avancées notables ?

    La loi n’a pas été adoptée parce que nous avions une centaine de lois. Et dans un contexte comme le nôtre, où on estimait que nous avions glissé, où il fallait organiser les élections bien avant, il y avait d’autres priorités – peut-être à tort, de notre part – qui devaient passer à l’Assemblée. Notamment la demande de la presse était d’organiser les élections, adopter les lois les plus essentielles pour les élections.


    Sur le même sujet

    • Revue de presse Afrique

      À la Une: Jeannine Mabunda, nouvelle présidente de l’Assemblée nationale en RDC

      En savoir plus

    • RDC

      RDC: rencontre entre Tshisekedi et Kabila sur le choix d’un Premier ministre

      En savoir plus

    • RDC

      RDC: trois mois sans gouvernement pour le président Félix Tshisekedi

      En savoir plus

    • RDC

      RDC: en meeting à Kinshasa, Martin Fayulu fustige l'alliance Tshisekedi-Kabila

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.