GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Congo-B: le Pool veut reprendre son rôle de grenier de la capitale

    Un panneau à l'entrée de Kinkala, dans le Pool. Laudes Martial Mbon / AFP

    Région voisine de Brazzaville, le Pool a presque cessé d’être le grenier de la capitale congolaise à cause des affrontements qui l’ont touché entre 2016-2017. Après avoir fui cette crise, les Congolais qui regagnent progressivement leurs zones d’habitation sont préoccupés par la reprise des activités agricoles. Ils veulent avoir des machines et plus de semences pour relancer un secteur vital.

    « Je vois que la vie revient petit à petit et cela nous soulage tous, parce que le Pool est très important pour la production agricole »

    Anne Sundberg, qui fait ce constat, est Directrice nationale d’Ashud, l'Association de secours d’urgence et de développement humain. Les 138 000 personnes qui ont fui le Pool à cause de la crise regagnent progressivement leurs villages, où elles ont besoin d’outils plus performants pour relancer une agriculture à grande échelle, selon Antoine Nkeleno,  habitant de Kinkala chef-lieu du Pool.

    « A mon avis, pour relancer l’agriculture il faut la mécaniser pour qu’on s’attende à de bons rendements. Nous avons de l’eau en permanence et des terres qui sont fertiles. Si on peut mécaniser l’agriculture, je pense qu’on serait en mesure de satisfaire tous les demandeurs. »

    Déterminées à produire plus qu’avant, les femmes maraîchères sont à la recherche des semences, explique Bernadette Mayangui, résidente de la bourgade de Voula.

    « Des graines de divers fruits et légumes nous manquent, de la tomate à l’aubergine violette. Il est difficile aussi de trouver des boutures. »  

    Outre les machines agricoles et les semences, les cultivateurs du Pool appellent également à la réhabilitation des étangs piscicoles et à l’ouverture des pistes, pour faciliter le transport de leurs productions vers Brazzaville notamment, souligne Antoine Nkeleno.

    « Il faudrait qu’on ouvre les pistes agricoles pour que ce que nous allons produire soit acheminé vers les grands centres. »

    Le gouvernement congolais et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont pris l’engagement de répondre aux doléances des agriculteurs du Pool. Ils viennent de leur apporter du matériel agricole. Pour Joseph Ikoubou, responsable des programmes au PNUD, ce don est un début de soulagement.  

    « Nous avons ciblé 1400 ménages dans 8 districts du Pool. C’est beaucoup. »

    Signe d’une agriculture qui n’a pas encore repris sa place, sur l’axe Brazzaville-Kinkala, les villageois proposent essentiellement aux clients du charbon de bois, du bois de chauffe ou encore du vin de palme.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.