GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Maduro/Guaido: la lutte finale?

    Le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido fait des gestes en s'adressant à ses partisans lors d'un rassemblement contre le président du gouvernement du Venezuela, Nicolas Maduro, et en commémoration du 1er mai à Caracas. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Comme chaque vendredi, nous retrouvons la chronique de Bruno Daroux, Le Monde en Questions. Nous revenons cette semaine sur la crise au Venezuela et la tentative de Juan Guaido de passer en force pour contraindre Nicolas Maduro au départ. Sans succès pour l’instant. Et la question est la suivante : la stratégie de Juan Guaido est-elle efficace ?

    Et bien la réponse est : moyennement efficace pour l’instant. Certes depuis qu’il s’est autoproclamé Président par intérim, le 23 janvier dernier, Juan Guaido a su mobiliser des foules entières contre celui qu’il estime élu par tricherie, Nicolas Maduro. Mais jusqu’à présent, il n’a pas réussi à faire vaciller définitivement le régime chaviste. Il a voulu cette semaine repasser à l’offensive, en appelant ses partisans à passer à la phase finale de ce qu’il appelle l’opération « Liberté. » Et il prévoit une nouvelle mobilisation ce samedi devant les casernes du pays. Son objectif depuis fin janvier est toujours le même : rallier l’armée à sa cause.

    Car il sait que sans elle, rien ne sera possible. Il a affirmé cette semaine que les militaires étaient en train de le rejoindre. Mais ces ralliements sont jusqu’ici très minoritaires. En fait, pour Guaido, le problème est toujours le même. L’armée, dans sa grande majorité, et notamment dans les échelons supérieurs, reste pour l’instant fidèle au Président Maduro.

    Ce dernier s’est d’ailleurs targué de bénéficier d’une totale loyauté des chefs militaires, et a qualifié la tentative de Juan Guaido « d’escarmouche putschiste ». Bref, Nicolas Maduro reste déterminé à se maintenir au pouvoir.

    Il sait que son armée est tenue. D’abord parce que les officiers supérieurs, depuis l’accession au pouvoir de Hugo Chavez, ont bénéficié de traitements de faveur de la part du régime – avantages financiers, en nature et nominations à des postes politiques – 12 ministres sur 32 sont des militaires dans l’actuel gouvernement. Ce sont eux aussi qui gèrent le secteur pétrolier, qui rapporte plus de 90 % des recettes du pays. Ensuite parce que cette armée, elle est sous surveillance permanente, notamment des services de renseignements, vénézuéliens et aussi cubains. Ce qui fait que toute tentative de rébellion est immédiatement repérée, étouffée et sévèrement punie. Ce qui refroidit beaucoup d’ardeurs.

    Autre élément qui renforce Maduro, le soutien discret, mais tenace de grands pays comme la Russie ou la Chine. Soutien indéfectible également de Cuba, de la Bolivie, de la Turquie et de l’Iran. Moscou ne veut pas intervenir directement dans cette crise, même si une centaine de militaires russes ont été dépêchés à Caracas au mois de mars.  Au cas où.

    Juan Guaido de son côté est soutenu à fond par la diplomatie américaine. Les États-Unis ont rappelé cette semaine que toutes les options étaient sur la table – y compris donc, l’option militaire. Mais ce soutien est tellement bruyant et voyant qu’il pourrait à la longue desservir Guaido. La crise en cours illustre le fait que le Venezuela est devenu un des terrains d’affrontements indirects entre Washington et Moscou, dans ce remake de guerre froide auquel nous assistons depuis quelques années.

    Et pour le moment, personne ne l’emporte. Et donc Maduro reste en poste. Et Guaido mobilise- sans conclure. Le temps passe. Sa stratégie- faire basculer l’armée -, semble presque compromise.


    Sur le même sujet

    • Journal d'Haïti et des Amériques

      Venezuela: appel à la mobilisation pour le 1er-Mai

      En savoir plus

    • Journal d'Haïti et des Amériques

      Venezuela: le gouvernement dénonce une tentative de «coup d’État»

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Orage diplomatique entre Londres et Washington: à qui profite la crise?

    Orage diplomatique entre Londres et Washington: à qui profite la crise?
    Comme chaque semaine, nous retrouvons la chronique de Bruno Daroux, Le Monde en Questions. Retour sur le regain de tension entre Londres et Washington. Une crise qui a abouti à la démission de Kim Darroch, l’ambassadeur britannique à Washington, après (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.