GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    France: la ministre des Transports Élisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique et solidaire
    Dernières infos
    • Washington sanctionne le chef de l'armée birmane pour le «nettoyage ethnique» des Rohingyas
    • Élection de von der Leyen: «Nous pouvons être fiers de l'Europe» (Macron)
    • Élection von der Leyen: Merkel félicite une européenne «convaincue»
    • Les Etats-Unis souhaitent la poursuite du dialogue avec Pyongyang malgré sa mise en garde
    • Football: le Cameroun se sépare de Clarence Seedorf (sélectionneur) et de Patrick Kluivert (adjoint)
    • Disparition du musicien sud-africain Johnny Clegg (médias locaux)
    • Von der Leyen appelle tous les eurodéputés à travailler ensemble «de façon constructive»
    • L'Allemande Ursula von der Leyen élue de justesse à la tête de la Commission européenne
    • Achat de missiles russes: Trump insiste sur les «bonnes relations» avec Ankara

    Chine-Etats-Unis: l'incertitude s'empare à nouveau des négociations

    Le vice-1er ministre chinois Liu He (C), le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin (G), et le représentant américain du Commerce, Robert Lighthizer (D).Photo de groupe en fin de réunion à la maison d'hôtes Diaoyutai State à Beijing, le 1er mai 2019 Andy Wong/Pool via REUTERS

    Fini l’optimisme de ces derniers mois. Les négociations pour mettre fin au conflit commercial entre Pékin et Washington ont à nouveau du plomb dans l’aile. Le regain d'espoir qui avait marqué le 10ème round de pourparlers la semaine dernière a été douché par une salve de tweets signés Donald Trump. Washington accuse la Chine de revenir sur de précédents engagements et de faire traîner les négociations. Il menace d'appliquer des droits de douanes supplémentaires de 200 milliards de dollars de produits chinois d'ici ce vendredi. Coup de bluff ou pas ? En tout cas, les marchés ont fortement réagi ces derniers jours.

    Wall Street d'abord et dans la foulée les autres places en Europe et en Asie ont plongé avant de se ressaisir... Des investisseurs interprétant les menaces de Trump comme un nouveau coup de bluff pour peser sur les négociations. Ce ne serait pas la première menace non mise à exécution. Mais lorsque le négociateur américain Robert Lightizer qui doit recevoir une délégation chinoise demain jeudi a confirmé que les sanctions seraient bien en place vendredi, les marchés sont à nouveau tombés de haut.

    C'est que un certain optimisme était de mise depuis le début de l'année. Une trêve avait été décrétée entre les deux puissances après plusieurs mois d'un régime de droits de douane punitifs réciproques portant sur des centaines de milliards de dollars de marchandises. On se souvient que fin mars la date limite pour parvenir à un accord avait été repoussée, et ces derniers jours, vraiment, on s'est cru dans la dernière ligne droite pour parvenir à une ébauche de compromis.

    Qu'est-ce qu'il s'est passé exactement ?

    Aucune partie n'entre dans les détails mais lors d'une réunion informelle devant la presse, lundi à Washington, les négociateurs américains ont clairement pointé la responsabilité chinoise. Robert Lightizer le négociateur en chef a expliqué que la délégation chinoise a souhaité revoir sa copie et revenir sur des promesses formulées la semaine passée. Il n'a pas précisé lesquelles. On sait quels sont les points les plus importants aux yeux des Américains : ils demandent la fin du transfert des technologies entre les entreprises américaines et chinoises, la protection de la propriété intellectuelle de ces entreprises, et la fin des subventions chinoises aux entreprises locales.

    Côté chinois, on ne commente pas spécifiquement. On dit simplement que la Chine ne cède pas à la pression américaine. Le fait notable, c'est que Pékin n'est pas allé jusqu'à annuler l'envoi de sa délégation. Même dans un format restreint, elle est attendue demain à Washington.

    Le pire est évité donc puisque les négociations se poursuivent...

    Oui, même si l'atmosphère risque d'être moins amicale que tel qu'on nous l'a décrit lors des cycles précédents.

    Certains analystes estiment que c'est peut-être parce qu'on est tous proches d'un accord que la tension reprend le dessus. Avec les « faucons » des deux bords qui chercheraient à faire dérailler le processus.

    Dans ce jeu-là, Donald Trump aurait le dessus. L'économie des Etats-Unis affiche des performances telles qu'il pourrait se permettre de menacer de nouvelles sanctions à un moment aussi critique dans les négociations.

    Quoi qu'il en soit, l'incertitude qui reprend le dessus agite les marchés mais aussi de nombreux secteurs de l'économie qui sont montés au créneau depuis dimanche. Le secteur agricole américain en particulier, dont une large part constitue la base électorale de Donald Trump espèrent la fin des sanctions déjà en place. Il ne pourrait supporter de nouvelles taxes américaines qui attireraient irrémédiablement des représailles chinoises.

    Une escalade qui reste, selon la directrice du FMI Christine Lagarde, la principale menace sur l'économie mondiale cette année.

    ►En bref

    Les exportations chinoises ont reculé en avril mais l'excédent avec les Etats-Unis lui n'a pas bougé

    C'est le cœur du conflit commercial entre les deux puissances. Cet excédent qui enrage Donald Trump reste stable à 21 milliards de dollars en avril. D'après les chiffres de la douane, les ventes de la Chine à l'étranger ont reculé de 2,7% après un rebond le mois dernier. En revanche, le pays importe davantage conformément au nouveau modèle de croissance basée sur la consommation domestique...+4%. Évidemment, tout cela pourrait changer d'un coup si les sanctions annoncées par le président américain entraient vraiment en vigueur ce jeudi minuit.


    Sur le même sujet

    • Chine / États-Unis

      Malgré les menaces de Trump, le vice-Premier ministre chinois ira à Washington

      En savoir plus

    • États-Unis / Chine

      Commerce: la directrice du FMI met en garde la Chine et les États-Unis

      En savoir plus

    Prochaine émission

    La croissance chinoise au plus bas depuis 27 ans

    La croissance chinoise au plus bas depuis 27 ans
    Alors que la République populaire de Chine va bientôt fêter ses 70 ans, son économie a pris un coup de froid : 6,2 % de croissance au deuxième trimestre sur un an, contre 6,4 % en début d’année. Il s'agit de sa moins bonne performance depuis au moins (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.