GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Quid de l'avenir du football européen

    Logo de la ligue des Champions-UEFA REUTERS/Jean Pierre Amet

    L'avenir du football européen en question, aujourd'hui, à Nyon en Suisse, entre le président de l'UEFA et l'association représentant les intérêts des ligues nationales, l’ « European League ». Un groupe qui s'est réuni hier à Madrid. Objectif : préparer la riposte contre le projet de nouvelle Ligue des champions, voulu par les clubs les plus riches du vieux continent. Quels sont les enjeux de cette possible réforme de la Ligue des champions prévue pour 2024 ? Eclairages de Pierre Chaperon.

    Bien entendu, les enjeux sont financiers. L'objectif de cette Ligue des champions voulu par les clubs les plus riches du monde est d'augmenter le nombre de matchs. Actuellement, chaque équipe arrivée en phase de poule joue six matchs dans huit poules de 4 équipes. Dans la nouvelle version, il y aurait 14 rencontres dans quatre groupes de huit équipes. Résultat : plus de recettes au guichet, plus de revenus publicitaires, plus de ventes les soirs de matchs, plus de recette à la billetterie. Et plus de droits télé. Une hausse conséquente... de plus de 40%. En Espagne, par exemple la chaîne qui diffuse la ligue des champions paye 360 millions d'euros par saison. Le tout sans grande incertitude sportive : sur les 8 membres de chaque groupe, les 6 premiers seraient qualifiés pour l'édition suivante. La Ligue des Champions serait presque fermée, et se qualifier pour la compétition serait un parcours du combattant.

    La Ligue des champions prendrait donc une place très importante au mépris des ligues nationales.

    Oui, et les présidents de ligues avancent souvent les arguments de cette ligue fermée qui affaiblirait l'intérêt des championnats locaux, puisqu'on ne serait plus obligatoirement qualifié pour la compétition européenne via sa ligue nationale.

    On peut aussi évoquer la multiplication des rencontres. Ainsi, un joueur sélectionné en équipe nationale pourrait jouer chaque saison de 60 à 80 matchs. Impossible physiquement. Quid de la place des sélections et des compétitions internationales dans cette nouvelle organisation.

    Mais c'est surtout l'aspect financier qui inquiète énormément.

    En Espagne, selon une étude du cabinet d'audit KPMG, le championnat perdrait chaque saison 800 millions d'Euros de recettes, et chaque club verrait sa valeur diminuer de 45%. Résultat : ce projet de nouvelle ligue des championnats apparaît comme mortifère pour les petits clubs.

    Hier, c'est donc la riposte qui s'est organisée à Madrid, une sorte de veillée d'armes avant la rencontre avec le président de l'UEFA ce mercredi.

    Les clubs contre la réforme de la Ligue des champions arrivent en Suisse, groupés, soudés, derrière un homme : le président de la Ligue espagnole de football, Javier Tebas. Très actif, il veut profiter de cette fronde pour accroître le pouvoir des ligues dans la gouvernance du football européen, un vrai pouvoir décisionnel. Des idées partagées par beaucoup en Europe. Hier, la réunion a mobilisé 244 clubs : un succès. Preuve que le projet de Ligue des champions est loin de faire l'unanimité.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.