GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Aujourd'hui
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Football: suivez en direct le match Mali-Mauritanie en Coupe d'Afrique des nations 2019
    • «L'armée américaine n'a rien à faire dans le Golfe», dit l'Iran
    • Football: la Tunisie et l'Angola font match nul 1-1 dans le groupe E de la CAN 2019
    • Mondial féminin 2019: les Etats-Unis éliminent l'Espagne (2-1) et affronteront la France en quarts de finale vendredi 28 juin
    • Migrants: le Mexique déploie près de 15000 policiers et soldats à la frontière avec les États-Unis (officiel)

    2019, l'année du soja

    Un germe de soja. Getty Images/Pasmal/AmanaimagesRF

    La filière soja est dans l’attente du résultat des négociations entre Américains et Chinois ce vendredi 10 mai aux États-Unis. La guerre commerciale a contribué à diminuer la demande chinoise pour les oléagineux américains. Une demande déjà affectée par l’hécatombe dans les élevages de cochons en Chine liée à la fièvre porcine.

    Il n’existe pas de signe dans le zodiac chinois pour cela, mais si 2019 est l’année du cochon, c’est bien aussi l’année du soja. « La situation est difficile pour les producteurs » ne cache pas David Stephens, producteur du Kentucky et président de l’American Soybean Associations dans des propos rapportés par nos confrères de Bloomberg. La Chine est en effet le premier client des exportateurs américains. Ces derniers ont eu droit aux montagnes russes question émotions ces derniers mois : le marché évoluant en fonction des négociations commerciales entre Washington et Pékin, et même parfois en fonction des tweets de Donald Trump.

    Menacés par un haut-le-cœur, les producteurs ont manifesté en début de semaine leur colère face à l’administration américaine. Dans le bras de fer qui oppose la Chine aux États-Unis, le soja est devenu, au même titre que le pétrole, un enjeu politique. « Pour vaincre le serpent, il faut frapper à sept pouces de sa tête », dit-on en mandarin. Autrement dit, pour maîtriser son adversaire il faut agir et trouver son point faible, l’équivalent de l’expression française « prendre le taureau par les cornes. »

    Le soja, un aliment de base pour les bêtes

    Depuis le début de la guerre des droits de douane avec Washington, le soja, perçu comme le point faible des États-Unis, est une arme maniée avec succès par le pouvoir chinois. D’autant que la fièvre porcine qui décime les élevages, plus de 7 millions de cochons ont été abattus ces derniers mois en Chine, a fortement réduit la demande pour les oléagineux.

    Comme le notent nos confrères des Échos, les éleveurs chinois comptent parmi les principaux consommateurs de soja, aliment de base pour les bêtes. À ce titre il représente une large part des importations effectuées par la Chine. Et qui dit moins de cochons, évidemment dit moins de besoins en nourriture. « La peste porcine a des conséquences sur nos importations, sachant que le soja importé en Chine est destiné uniquement à l’alimentation des élevages. La fièvre porcine et la crise des élevages industriels ont donc entraîné une chute de la demande d’oléagineux »,explique leprofesseur Wu Jianxiang de l’Institut des Sciences céréalières au sein de l’Académie des sciences de l’agriculture de Chine. Puis d’ajouter : « Le soja chinois sert à fabriquer du tofu et de l’huile, et les importations sont transformées en tourteaux pour les animaux. La Chine doit importer 100 millions de tonnes de soja par an. L’année dernière nous avons notamment fait appel aux producteurs en Amérique du Sud. Mais autre élément qui contribue à diminuer la demande, la Chine a constitué des stocks importants ces derniers mois. »

    Une réduction de la demande chinoise qui fait trembler le marché mondial du soja, déjà malmené par la guerre commerciale sino-américaine

    Prochaine émission

    L'or au plus haut depuis près de six ans, tiré par les Banques centrales

    L'or au plus haut depuis près de six ans, tiré par les Banques centrales
    Le cours de l'or a gagné 10% depuis le début du mois de juin. Les Banques centrales relâchent les taux d'intérêt pour soutenir les économies. Elles achètent aussi des quantités record de lingots.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.