GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 27 Juin
Vendredi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Italie: la politique des «ports fermés» va-t-elle vaciller?

    Le «Sea Watch III» dans le port de Catane, le 31 janvier 2019. REUTERS/Antonio Parrinello

    L’Italie pourrait devoir faire face à une nouvelle vague importante de flux migratoires en provenance des côtes libyennes. Beaucoup dépendra de l’évolution de la guerre civile dans ce pays. Les garde-côtes libyens, financés par Rome, tendent en tout cas à lever le pied. En trois jours, plus de 100 migrants ont été secourus par des navires militaires italiens et le bateau Mare Jonio de l’ONG Mediterranea, qui bat également pavillon italien.

    Les organisations de trafiquants d’êtres humains ont repris leur business et des ports ont donc été ouverts pour accueillir les migrants secourus en mer. Le président du Conseil a donné lui-même l’autorisation au patrouilleur italien, qui a porté secours à 36 migrants le 10 mai, d’accoster au port d’Augusta en Sicile. Cela en vertu d’un accord immédiat de répartition dans plusieurs pays européens. Puis, en raison d’une forte tempête, Rome a donné son feu vert à un autre navire de la marine italienne pour débarquer dans le port de Crotone, en Calabre et sauver 64 autres migrants.

    Par ailleurs, le navire humanitaire Mare Jonio est arrivé le 10 mai à Lampedusa avec 30 migrants à bord. Mais le ministre de l’Intérieur et patron de la Ligue, Matteo Salvini, a demandé la mise sous séquestre du navire. Une enquête pour aide à l’immigration illégale visant le capitaine a également été ouverte par un parquet sicilien.

    En comptant les nouveaux sauvetages, environ 1 000 migrants sont arrivés en Italie depuis le début de l’année, soit dix fois moins qu’au cours de la même période en 2018.

    Vers une reprise des traversées de la Méditerranée ?

    Matteo Salvini esquive la question sur les ports qui devraient être rouverts. Il veut présenter, lors du prochain Conseil des ministres, un nouveau décret-loi « pour renforcer la sécurité nationale ». Celui-ci prévoit une amende de 3 500 à 5 000 euros par migrant secouru, pour tout navire humanitaire n’ayant pas respecté les consignes des garde-côtes compétents dans la zone où il interviendrait.

    Il veut aussi s’attribuer les compétences en matière d’interdiction des eaux territoriales italiennes qui, jusqu’à présent, sont du ressort du ministre 5 Étoiles des Transports.

    Mais l’alter ego de Salvini au gouvernement, Luigi Di Maio, fustige ce projet « digne de la Corée du Nord ». Pour lui, la question prioritaire concerne les rapatriements de ceux qui n’ont pas le statut de réfugié et les accords non respectés par des pays comme la Tunisie. Un point qui n’est pas abordé dans le projet de décret-loi signé Salvini. 

    L’immigration au cœur des débats

    L'immigration est ainsi un sujet, comme celui de la sécurité, qui alimente les débats. Le Parti démocrate et les petites formations de gauche, ardents défenseurs de l’Europe, s’insurgent contre un Salvini qui « veut faire payer ceux qui sauvent des vies humaines ». Mais le patron de la Ligue surfe allègrement sur les peurs de nombreux Italiens... Hier, il a osé déclarer, lors d’un meeting : « Si nous ne sauvons pas notre continent maintenant, nous laisserons en héritage à nos enfants un État islamique ». Les derniers sondages le donnent vainqueur du scrutin européen. Même avec 5-6 points perdus depuis le mois d’avril, il pourrait dépasser la barre des 30%.

    Prochaine émission

    Italie: Milan-Cortina va organiser les J.O d’hiver de 2026

    Italie: Milan-Cortina va organiser les J.O d’hiver de 2026
    Les jeux sont faits, Milan Cortina d'Ampezzo décroche le feu vert pour l'organisation pour les JO 2026. La candidature de Milan-Cortina pour les Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de 2026 (du 6 au 22 février) l’a largement emporté face à celle de (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.