GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une : le Niger sous la menace djihadiste

    Des soldats nigériens patrouillent dans la région d'Ayorou, au nord-ouest de Niamey, au Niger (photo d'archives). © ISSOUF SANOGO / AFP

    Visage fermé à la Une du journal nigérien Le Sahel, au chevet d’un blessé au service des soins intensifs de l’Hôpital Général de Référence de Niamey, le président nigérien Mahamadou Issoufou y a dit sa conviction que « tôt ou tard, les forces du mal seront vaincues, elles l’ont déjà été en Syrie, elles l’ont été en Irak, elles le seront aussi dans le bassin du lac Tchad et dans le Sahel ».

    Etant rappelé que l’embuscade a été tendue mardi à quelques kilomètres du village de Tongo Tongo, quand un convoi militaire ayant sauté sur une mine a ensuite été pris pour cible dans un vrai traquenard, Africa News, en évoquant ce qu’il estime être « l’une des plus lourdes attaques enregistrées par l’armée nigérienne », fait état de cette revendication par ladite organisation terroriste, notant également que « l’Etat islamique » affirme « avoir mené une autre attaque meurtrière, plus tôt dans la semaine, contre une prison ». Et ce site Internet souligne que « la région a connu une recrudescence d’attaques djihadistes ces derniers mois ».

    Du feu sous la cendre en Côte d’ivoire

    En Côte d’Ivoire, un couvre-feu a été instauré hier à Béoumi, à l’ouest de Bouaké, où des affrontements qui ont éclatés avant-hier « entre communautés » ont, ensuite, pris de l’ampleur. « Entre communautés », c’est ce que, entre autres journaux ivoiriens, signale ce matin le quotidien L’Intelligent d’Abidjan, dans les colonnes duquel, casquette vissée sur la tête, le préfet du département de Béoumi, qui a décrété ledit couvre-feu « de 18 heures à 6 heures du matin, jusqu’à nouvel ordre », apparaît devant des micros pour annoncer le déploiement de « plusieurs détache­ments des forces de l'ordre ».

    Selon une source de la « gendarmerie locale » citée par ce journal, le bilan de ces affrontements serait de « trois morts (…), d’une dizaine de blessés, dont 6 par balles, et de plusieurs ha­bitations et magasins in­cendiés ». L’Intelligent d’Abidjan signale que « des barrages ont été érigés dans les villages sur l’axe Bouaké-Béoumi (…). Les écoles, le grand marché et plusieurs magasins sont restés fermés, et le trans­port a été perturbé » dans cette région de la Vallée du Bandama.

    Et tandis qu’Ivoire Soir rappelle que « tout serait parti, d’un accrochage entre un chauffeur de taxi-moto et un autre chauffeur de taxi « Picnic » (suivi d’une) violente altercation entre les deux hommes » mercredi à Béoumi,

    … L’Infodrome, c’est-à-dire le site Internet des journaux indépendants L’Inter et Soir Info, note que la ville de Bouaké « entre dans la danse ». Dans cette ville, la deuxième la plus peuplée de Côte d’Ivoire après Abidjan, les « transporteurs », dont leurs camions sont « bloqués » sur la route de Béoumi, « du fait des affrontements, ont commencé à brûler des pneus entre la préfecture et la Cathédrale », pointe L’Infodrome.

    De son côté, le journal Aujourd’hui décrit Béoumi comme une « ville fantôme » et discerne dans ces affrontements « l’avant-goût d’horreur qui attend une Côte d’ivoire toujours pas réconciliée ».

    L’essor de la religiosité centrafricaine

    Un terreau propice aux Eglises évangéliques. Lesquelles sont, ce matin à la Une en France, car elles étendent leur influence dans le monde. Et c’est notamment le cas en Centrafrique. Les Eglises évangéliques sont en effet à la Une  du journal Libération.

    C’est ainsi, tout n’est que religion en Centrafrique, et plus que jamais depuis la guerre civile il y a six ans, les évangélises y ayant pignon sur rue, constate Libé. Ainsi, près de l’avenue Boganda de Bangui, dans le centre de la capitale centrafricaine,  un ancien cinéma « a même été reconverti en Eglise universelle du christ ». Au programme, le mardi, c’est « guérisons », le mercredi, c’est « désenvoûtements », et il y a même un jour prévu « pour les cas impossibles  », relève ce quotidien.

    Plus loin, en périphérie de Bangui, des « victimes présumées des forces occultes » et qui sont enfermées dans des « petites cellules monacales », viennent dans un autre lieu de culte pour se faire désenvouter, rapporte encore Libération, constatant qu’en République centrafricaine, « le désespoir pousse souvent dans les bras de Dieu » et rappelant qu’il y a six ans, « c’est aussi en son nom qu’explosait une sanglante guerre des religions, opposant la majorité chrétienne et la minorité musulmane ». Guerre qui a « renforcé les églises évangéliques », se navre Libé. Lequel journal admet qu’en Centrafrique, « comme ailleurs sur le continent, derrière les appartenances religieuses affichées, il existe souvent un autre monde de croyances invisibles. Celles-là restent secrètes, cachées dans l’ombre des « nouveaux Jérusalem » ».

    Prochaine émission

    À la Une: le Ghana et la Côte d’Ivoire menacent de retenir leur cacao

    À la Une: le Ghana et la Côte d’Ivoire menacent de retenir leur cacao
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.