GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
    • Guerre commerciale États-Unis/Chine: Johnson «très inquiet», «ce n'est pas une manière de faire»
    • L'Union doit «laisser tomber» le filet de sécurité irlandais pour éviter un Brexit sans accord (Boris Johnson)

    Quand les géants du web luttent contre le terrorisme

    L'appel de l'Elysée a été lancé par le président français Emmanuel Macron et la Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern. Paris, France le 15/05/2019 REUTERS/Philippe Wojazer

    Nous parlons ce matin des efforts que réalisent les grandes plateformes américaines pour lutter contre la propagation de contenus violents et terroristes avec notamment l’appel de Christchurch.

    C’est un appel initié par la Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, et porté par Emmanuel Macron, mercredi à l’Elysée, deux mois après la tuerie de Christchurch qui a fait 51 morts dans deux mosquées. Une tuerie qui a pu être visionnée sur Facebook live pendant dix-sept minutes avant d’être supprimée et remis en ligne sur Youtube. En tout, ce ne sont pas moins de 26 entités, des États comme la France, l’Indonésie, le Royaume-Uni ou le Sénégal mais aussi bien sûr les Google, Facebook ou Twitter, qui s’engagent aujourd’hui à lutter contre la diffusion de contenus ultra-violents. Que ce soit au moyen de signalements, d’identification en temps réel, d’algorithmes pour détourner les utilisateurs des vidéos illicites, les plateformes ont toutes juré de faire l’impossible pour ne plus exposer leur audience à des images terroristes.

    Mais le propre du live n’est-il pas justement d’échapper à tout contrôle ? Facebook assure que 99,6% des contenus à caractère terroriste sont désormais bloqués par son intelligence artificielle. De plus, un internaute qui aura partagé un appel à la violence pourra être banni pendant un mois de Facebook Live, voire privé de la plateforme en cas de récidive. Youtube explique aussi que ces six derniers mois, neuf vidéo sur dix montrant de l’extrémisme violent ont été retirées avant tout signalement humain.

    Si les images terroristes peuvent faire consensus, on remarquera dans cet appel l’absence des Etats-Unis ou de la Chine, avec ses réseaux Wechat, Weibo ou TikTok. De surcroît, l’appel de Christchurch ne prend pas en compte les infox ou les « junk news », ces infos sensationnalistes et complotistes, qui peuvent conduire à de la violence en Afrique ou en Asie. Face à cela, les plateformes paraissent bien impuissantes, même si Whatsapp, filiale de Facebook, limite désormais le nombre de membres d’un groupe.

    Quoiqu’il en soit, le réseau social sent que sa responsabilité est de plus en plus mise en cause. Il communique désormais sur les faux comptes qu’il supprime en mentionnant leur origine géographique : la Russie, l’Iran ou dernièrement Israël avec de prétendues révélations sur des personnalités politiques en Afrique qui visent à gonfler l’audience du faussaire.

    Mark Zuckerberg plaide pour une régulation avec les États. C’est aussi la position de la France qui prépare une loi sur les contenus haineux et en appelle à la responsabilisation des géants du web. On a vu toutefois avec le RGPD, le règlement sur la protection des données, que seules des règles strictes d’accès au marché européen sont de nature à responsabiliser les plateformes.

    • Quelles images pour l’immigration clandestine?

      Quelles images pour l’immigration clandestine?

      Une image a fait le tour du monde et a particulièrement ému le continent américain : c’est la photo d’un homme retrouvé mort avec sa fille au bord du Rio Grande, en tenant …

    • Médias: en France, pourquoi tant défiance ?

      Médias: en France, pourquoi tant défiance ?

      Un rapport publié par Reuters Institute fait de la France le dernier pays en matière de confiance dans les médias. Pourquoi un telle défiance vis à vis de la presse ?  …

    • Hong Kong face au nouvel ordre médiatique

      Hong Kong face au nouvel ordre médiatique

      D'importantes manifestations se tiennent à Hong Kong contre le projet de loi sur les extraditions judiciaires vers la Chine. Un million de personnes étaient dans la rue …

    • L’AFP en plein bras de fer en Algérie

      L’AFP en plein bras de fer en Algérie

      En Algérie, depuis la démission forcée d’Abdelaziz Bouteflika, la situation des journalistes étrangers sur place est compliquée. Exemple: l'AFP.

    • Allemagne, année Rezo

      Allemagne, année Rezo

      La CDU, le parti au pouvoir avec le SPD en Allemagne, qui met en cause les nouveaux médias, et notamment YouTube, pour une vidéo virale dénonçant le bilan du gouvernement …

    • «Défense d’informer», des journalistes convoqués par la DGSI

      «Défense d’informer», des journalistes convoqués par la DGSI

      Cette semaine dans la Chronique des médias, retour sur secret défense qui est de plus en plus opposé aux journalistes en France pour limiter leur travail d’investigation.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.