GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L'unique brasserie de Gambie menacée de fermeture

    Par
    Devanture de la Banjul Breweries Ltd. © Romain Chanson / RFI

    En Gambie, la dernière brasserie locale, Banjul Breweries Ltd, est menacée de fermeture, selon ses dirigeants. En cause, l'augmentation de la taxe sur l'alcool, passée de 10 à 75 % pour l'année 2019. Une augmentation votée sans concertation avec la brasserie. Propriété du groupe français Castel, la brasserie de Banjul a été créée dans les années 1970, c'est la plus grosse industrie du pays. Elle produit la JulBrew locale, mais aussi la Castel ou la Guiness et toute une gamme de boissons non alcoolisées. La bière représente 60 % de la production et les ventes sont désormais en baisse. C'est le dossier Afrique économie du jour. Il est signé Romain Chanson à Banjul.

    2018 avait été une bonne année pour la brasserie, qui réalisait ses premiers bénéfices  depuis 10 ans et le rachat par Castel.  De nouveaux salariés devaient être recrutés pour tenir la cadence. Avec la nouvelle imposition sur l'alcool, c'est l'inverse qui s'est produit. 18 ouvriers ont été licenciés, une vingtaine seraient sur le départ.

    Souleymane Sané travaille dans le secteur le plus touché, celui de l'embouteillage : « On a diminué de 10 personnes, sur-le-champ. Et là aussi ça affecte notre travail parce que jusqu'à présent on n'a pas diminué les heures de travail. Et ça nous inquiète beaucoup parce qu'on ne sait pas ce que nous réservent les lendemains. Quand un gouvernement s'installe, ce n'est pas pour fermer les entreprises, c'est pour créer des emplois. »

    La brasserie de Banjul est la plus grosse industrie de Gambie. Une fermeture du site entraînerait une crise sociale dans le pays, selon Alegie Ceesay, président du syndicat de la brasserie.

    « Si on doit fermer à cause de la taxe, 200 personnes vont perdre leur travail. Derrière chaque salarié il y a 3 ou 4 membres d'une même famille qui vivent grâce au salaire versé par l'entreprise. Pas de salaire, ça veut dire pas de quoi se nourrir. Ce n'est pas bon pour la brasserie, ce n'est pas bon pour le gouvernement et ce n'est pas bon pour les Gambiens », souligne-t-il.

    Pour un grossiste gambien, le prix d'un casier de bière a augmenté de 60 % du jour au lendemain. Fin avril, les ventes de bière en sortie d'usine avaient baissé d'un quart à cause de la nouvelle taxe. Nuire à la brasserie revient à nuire à l'économie du pays, selon Barri Darboe, directeur des ventes chez Julbrew : « Banjul Brew est la plus grosse industrie et chaque année elle paie des millions au gouvernement. Donc, nous estimons que la mesure est sévère, brutale, discriminatoire et insoutenable. C'est un investissement français ! On est censé soutenir les investisseurs français en Gambie. »

    C'est toute la filière qui est touchée par la hausse des prix. Grossistes, revendeurs, bars et hôtels. Les complexes qui proposent les formules all inclusives doivent supporter les frais supplémentaires. La bière c'est un produit phare des hôtels de Gambie.

    Pour Bunama Njie, président de l'association des hôteliers, le gouvernement a fait un très mauvais calcul : « Peut-être qu'ils vont récolter plus d'impôts de la part des brasseries de Banjul, mais moins d'impôts de la part des hôtels. Et si vous prenez tous les hôtels, on parle ici de plus de 40 établissements. C'est un gros problème pour l'économie et c'est un gros problème pour l'industrie parce que la Gambie perd en attractivité. »

    Au-delà du tourisme, ce sont les Gambiens qui se plaignent d'une baisse continue de leur pouvoir d'achat. Et la bière n'est qu'un exemple secondaire.

    Prochaine émission

    Guinée: la résilience des commerçants du marché de Medina

    Guinée: la résilience des commerçants du marché de Medina
    Quinze mois après l’incendie d’une partie du grand marché de Madina à Conakry, il n’y a plus de traces de ce sinistre et les commerçants touchés ont pu reprendre progressivement leurs activités au bout de quelques mois.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.