GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Européennes: une campagne boudée par les électeurs belges

    En avril 2018, déjà au Parlement de Strasbourg, l’eurodéputé vert Philippe Lamberts s’en prenait à Emmanuel Macron. En campagne, il s’en prend aujourd’hui à la politique néolibérale. Crédit: Vidéo Youtube

    Le scrutin peine à intéresser dans le pays qui accueille les institutions européennes. Il faut dire que les Belges vont devoir s’exprimer pour des élections générales, dans 3 collèges linguistiques : francophone, néerlandophone et germanophone.
    Les 22 listes et 159 candidats pour le Parlement européen ne font donc pas le poids face aux 366 listes et 7 000 candidats en lice pour l’ensemble des scrutins. Même si on est dans le pays qui accueille les institutions européennes. Les candidats doivent donc mettre les bouchées doubles, comme Philippe Lamberts du parti ÉCOLO en tête des sondages. Juliette Rengeval.

     

    Côté flamand, la N-Va, nationaliste et très à droite, est en tête des intentions de vote. Dans le gouvernement fédéral jusqu’en décembre 2018, elle a quitté la coalition pour protester contre la validation du Pacte mondial sur les migrations, le Pacte de Marrakech. Juliette Rengeval a suivi en campagne Assita Kanko, candidate pour la N-Va aux européennes. La réputation de racisme et de radicalisme que traîne la formation n’effraie pas la jeune femme née au Burkina Faso.

    Assita Kanko, candidate aux européennes pour la très nationaliste formation N-Va. Crédit : eluelocales.brussels

    C’est aussi à Bruxelles, cœur de l’Europe, que s’est créé une force destinée officiellement à détruire les institutions européennes : The Movement. Le sulfureux Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump, en est le fondateur. L’avocat belge et homme politique Mischaël Modrikamen en est la cheville ouvrière. Le but de ce « club », comme il l’appelle : promouvoir une vision nationaliste, souverainiste contre le globalisme. Avec Juliette Rengeval.

    The Movement cible tout ce qui représente l’Union européenne. Objet de sa détestation notamment : les élus du Parlement. Des eurodéputés qui sont souvent attaqués. A quoi servent-ils ? Gagnent-ils trop d’argent ? Pour en parler Laxmi Lota.

    La vidéo

    Episode 1: Belgique

    En partenariat avec le Parlement européen.

    Logo du Parlement européen. © Parlement européen

     

     


    Sur le même sujet

    • Internationales

      Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles

      En savoir plus

    • Union européenne

      Portraits d'Européens (1/5): un Italien à Bruxelles

      En savoir plus

    • Union européenne / Insttutions

      UE: avant les élections, c'est la fête à l'Union!

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Uber Shuttle, le service qui enthousiasme les habitants de Kiev

    Uber Shuttle, le service qui enthousiasme les habitants de Kiev
    Depuis la fin de l’URSS, tous les systèmes publics pêchent par manque d’investissements et de volonté politique : cela concerne autant les canalisations, l’électricité que les transports. À Kiev, la ville est paralysée régulièrement par les embouteillages. (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.