GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La Guerre froide passe en mode technologique

    Le constructeur Huawei et Google subissent les conséquences de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. REUTERS/Marko Djurica/Illustration

    Le marché mondial des télécommunications est sous le choc depuis que Google et d’autres compagnies américaines ont annoncé avoir coupé les ponts avec le chinois Huawei. La guerre commerciale déclenchée par les États-Unis est en passe de se transformer en « guerre froide technologique ».

    En mettant Huawei sur sa liste noire des entreprises indésirables aux États-Unis, l’administration américaine a effectivement dressé un mur de confinement autour du mastodonte chinois. Il a besoin d’Android, le système appartenant à Google pour équiper ses smartphones comme il a besoin de ses autres fournisseurs américains de semi-conducteurs. 16 % de ses achats de composants se font aux États-Unis. Si tous le lâchent, et peut-être aussi dans la foulée les Européens, par crainte des représailles américaines, le chinois devra peut-être mettre ses usines au chômage technique. Le numéro deux mondial sur le marché des smartphones, et surtout l’acteur clé de la 5G, est sérieusement entravé par la décision américaine. Les plus pessimistes estiment que ses ventes de smartphones pourraient chuter de 25 % et le déploiement de la 5G retardé de plusieurs années.

    Le chinois a-t-il les moyens de résister à cette épreuve ?

    Huawei a vu le vent tourner et il a en réserves les semi-conducteurs les plus indispensables pour tenir quelques mois. Il a développé par ailleurs ses propres puces, il peut aussi en acheter à des fabricants asiatiques. En ce qui concerne Android, le système d’exploitation qu’il utilise pour tous ses smartphones, cela fait sept ans qu’il travaille sur l’élaboration d’un système alternatif dans son centre de recherche basé en Finlande. Il a donc une bonne longueur d’avance pour gagner cette bataille technologique. Créer le système est relativement aisé, le plus dur est de générer l’éco-système qui va avec et ensuite de convaincre les usagers de l’adopter. Tous ceux qui ont essayé se sont littéralement cassé les dents, seulement 0,1 % des smartphones en circulation fonctionnent avec un système autre que celui d’Apple ou d’Android. Le chinois a plusieurs défis difficiles à relever, mais pas impossibles, c’est une question de temps et de moyens.

    Quelles sont les conséquences pour le marché mondial de l’internet ?

    La Chine a déjà développé sur son marché domestique ses propres applications, très fonctionnelles et très populaires ; elle a par ailleurs bloqué chez elle Facebook, Google ou Twitter. Il existe donc déjà deux univers internet parallèles. Mais si demain Huawei parvient à s’affranchir de sa dépendance à Android, émergera dans le monde entier cet internet dominé par les Chinois en marge de l’internet dominé par la Silicon Valley.

    Avec les accords passés dans le cadre de la route de la soie Pékin pourrait très bien imposer à ses nouveaux affidés et clients son standard internet et ses fournisseurs. Ce que prophétisait il y a sept ans déjà Eric Schmidt, l’ancien grand patron de Google, est en passe de se réaliser. C’est pourquoi on parle aujourd’hui d’une nouvelle Guerre froide technologique. Tous les acteurs vont en pâtir parce que la fragmentation du marché surenchérit les coûts pour fabriquer et pour conquérir de nouveaux publics.

    Comment interpréter le répit de trois mois accordé hier aux entreprises américaines par la Maison Blanche pour qu’elle rompe les liens avec Huawei ?

    Une fois encore Donald Trump souffle le froid et le chaud sur la Chine. Ce geste d’apaisement démontre à tous ceux qui en doutaient encore à quel point son offensive anti Huawei est un levier dans son bras de fer commercial avec Pékin. Une arme à double tranchant qui a réveillé le dragon chinois : en voulant torpiller Huawei, le président américain a surtout exacerbé sa volonté de conquérir le monde.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.