GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Togo: booster la consommation locale de café

    La superficie cultivée du café est estimée à 38 000 hectares au Togo et l’on projette atteindre 15 000 tonnes d’ici 2020. ©Pablo Buelvas

    Plusieurs pays africains sont producteurs de café mais peu d’Africains consomment le café. Le Togo veut promouvoir la consommation locale car, disent les organisations de caféiculteurs, elle va pousser les producteurs à améliorer la qualité du café, booster la production et créer des emplois.

    Les initiatives prises ces dernières années pour booster la production du café-cacao sont nombreuses : renouvellement des matériels de production, réhabilitation des anciennes plantations et création de nouvelles. Cependant, on consomme peu le café localement et pourtant affirment Cyril Kodjovi Gbayom, secrétaire exécutif des filières café-cacao du Togo, le café et ses sous-produits par exemple sont utiles.

    « Quand vous prenez, par exemple tous les médicaments, il y a le café. Les anti-inflammatoires, il y a le café dedans. C’est un élément direct sur la santé. Les sous-produits du café sont utilisés pour faire du savon ; le café moulu aujourd’hui est utilisé comme anti moustique, le café est utilisé pour garder les cheveux tels que Dieu les a faits. »

    Jusqu’à la fin des années 90, les moines de Zogbégan au sud-ouest du Togo, sur les plateaux de Danyi exportaient à peu près quinze tonnes de café torréfié. Ils étaient les premiers en 1970 à transformer le café togolais. Commencé d’abord pour la petite consommation au sein du monastère, il est peu à peu est destiné à l’exportation raconte François Amouzou, moine de Zogbégan.

    « Dans le temps où nous arrivons jusqu’à 15 tonnes de production par an de café torréfié; nous avons trois variétés de café à savoir le café robusta, le café arabusta et le café arabica. »

    Le Togo n’est pas le seul pays producteur à consommer moins son café. La situation est similaire dans tous les pays africains. Pour Chrysante Boussamba, directeur adjoint de la caisse stable au Gabon, il faut d’abord que les producteurs et ensuite les populations comprennent que le café n’est pas un produit dangereux.

    « L’idée que nous avons eue c’est de faire en sorte que le produit soit internalisé, qu’il y ait des consommations importantes, parce que dernière ces consommations, il y a des ressources financières, il y a aussi des créations d’emploi. »

    La superficie cultivée du café est estimée à 38 000 hectares au Togo et l’on projette d'atteindre 15 000 tonnes d’ici 2020 ; la fluctuation des prix sur le marché n’encourage pas les producteurs, pourtant la demande demeure réelle. Pour les producteurs, il faut trouver d’autres moyens pour augmenter la production et la qualité du café, cela passe par la promotion de la consommation locale.

    Prochaine émission

    Bénin: bilan économique de la transhumance

    Bénin: bilan économique de la transhumance
    Au Bénin, la transhumance a pris fin le 31 mai dernier. Deux victimes ont été recensées, alors que les conflits entre agriculteurs et éleveurs de passage avaient fait plus de 40 morts l’année dernière (46). Depuis 2017, la transhumance est encadrée par (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.