GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Juan Pablo Soler lutte contre les barrages hydroélectriques en Amérique latine

    Devant le Congrès de l’Hydroélectricité de Paris, des manifestants d’Extinction Rébellion, de Planète Amazone et de la société civile latino-américaine alertaient sur les impacts environnementaux des barrages hydroélectriques. © Domitille Piron

    En Amérique latine, les barrages hydroélectriques font l’objet de plus en plus de critiques et sont les conflits environnementaux les plus nombreux et violents. Souvent présentés comme une source d’énergie propre, les grands barrages sont des catastrophes environnementales, selon les défenseurs de l’environnement, les riverains des fleuves et les peuples autochtones. Juan Pablo Soler de l'ONG Rios Vivos (fleuves vivants) a aussi créé le mouvement des populations affectées par les barrages en Amérique latine.

    Juan Pablo Soler est originaire d’Ituango, dans la région d’Antioquia, au nord-ouest de la Colombie. C’est là que le projet du plus grand barrage hydroélectrique du pays est implanté, sur le Cauca, le deuxième fleuve de Colombie.

    Depuis 2010, la construction d’Hydroituango fait débat. La société en charge du barrage avance que ce projet permettra de produire 17% de l’électricité du pays, sans gaz, ni pétrole, ni nucléaire. Mais pour les défenseurs de l’environnement, cette production d’énergie est loin d’être propre.

    Juan Pablo Soler dénonce la construction, qui a démarré par la déforestation, l’inondation de certaines terres pour créer des retenues d’eau articielles et l’acheminement de tonnes de béton pour la fabrication du barrage. L'impact sur la biodiversité est dévastateur.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.