GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Poussée verte et populiste au Parlement européen

    La co-présidente des Verts allemands, Annalena Baerbock, et Sven Giegold, tête de liste pour les européennes, ont savouré leurs bons résultats, le dimanche 26 mai 2019. Tobias SCHWARZ / AFP

    Le nouveau paysage politique issu du scrutin est aujourd’hui beaucoup plus fragmenté et complexe. Finie la domination des deux grands groupes conservateurs et sociaux-démocrates qui faisaient la pluie et le beau temps. Recomposition est le maître mot.
    Et les centristes et les Verts sont les premiers à en tirer profit. Difficile de passer à côté de la joie du Belge Philippe Lamberts ou du Français Yannick Jadot.
    En Allemagne, le pays qui envoie le plus d’eurodéputés à Bruxelles et Strasbourg, les Verts ont doublé la mise. En France, grosse surprise également avec Europe écologie les Verts en troisième position, avec 13% des voix, devant la droite et les socialistes.
    Bref les Verts, ou les grünen, comme on les appelle en Allemagne, ont fait le plein de voix. Peut-être par ce que l’écologie se joue au-delà des frontières nationales.
    En premier lieu, la qualité de l’air. Le Parlement a émis des normes, et l’UE n’hésite pas à poursuivre les pays qui ne respectent pas ces règles. Mais, en fait-elle assez ? C’est le reportage à Berlin de Deborah Berlioz.

    Et aux côtés de cette percée verte, il faut aussi parler de la progression des populistes eurosceptiques.
    Le Premier ministre hongrois Viktor Orban rafle tout 56% des voix, la Ligue de Matteo Salvini arrive en tête en Italie, tout comme le Rassemblement National de Marine Le Pen, ou le PIS en Pologne… Bref, ce n’est pas le raz-de-marée annoncé, mais tous partis confondus les eurosceptiques, devraient voir le nombre de leurs députés augmenter de 50% ; mais, parviendront-ils à s’entendre ? C’est beaucoup moins sûr ; même si c’est le souhait de la Française Marine Le Pen ou de l’Italien Matteo Salvini.

    L’ancienne législature comptait au moins trois groupes eurosceptiques différents. Et si l’on regarde l’Autriche, qui faisait figure de modèle pour les populistes, on peut vraiment douter d’une alliance facile entre ces partis disparates.
    En Autriche donc, le chancelier Sebastian Kurz vient d’être destitué par le Parlement au lendemain des élections européennes. C’est la suite du scandale de l’Ibiza gate. Le partenaire de coalition, le parti d’extrême droite avait été piégé à Ibiza, soupçonné de collusion avec la Russie, et tous les ministres avaient dû démissionner la semaine dernière.
    Pour en parler, on retrouve Céline Beal à Vienne.

    C’est la crise, même si les deux ex-partenaires de la coalition ont remporté de bons résultats pour ces européennes.

    Des Verts qui, aux côtés des centristes, seront le nouveau groupe avec lequel il faudra compter au Parlement européen, pour créer des alliances, et remporter les votes sur les directives qui comptent.

    L’écologie, le grand thème, qui a mobilisé la campagne de ces dernières semaines. Contre l’inaction climatique. Notamment avec les grandes marches lycéennes du vendredi 24 mai 2019, les Fridays for future, qui ont mobilisé les jeunes dans de nombreux pays d’Europe.

    Le Parlement européen l’avait bien compris, puisqu’il a réussi à faire passer en urgence, avant ces élections, une nouvelle directive qui interdit tous les objets plastiques à usage unique comme les pailles, ou les couverts d’ici 2021. Pas si facile à appliquer, comme l’a constaté à Bruxelles, notre correspondante Laxmi Lota.

    Tous les Européens ont gardé un œil sur le Royaume-Uni. Un scrutin organisé à la hâte pour élire des députés avec un mandat d’à peine quelques mois, si Brexit il y a… Pour en parler, on retrouve Marie Billon, les eurosceptiques en tête comme dans beaucoup de pays, et un Nigel Farage qui rafle 29 places d’eurodéputés grâce à 34% des voix.


    Sur le même sujet

    • Autriche

      Autriche: le chancelier Sebastian Kurz renversé par une motion de censure

      En savoir plus

    • Elections européennes

      Européennes en Allemagne: percée des Verts, débâcle de la coalition au pouvoir

      En savoir plus

    • Élections européennes

      Européennes 2019: poussée des populistes, percée des Verts

      En savoir plus

    • Russie / Climat

      Grève du climat: le combat solitaire d'un étudiant russe

      En savoir plus

    • Royaume-Uni / UE

      Européennes: Nigel Farage et le Brexit Party, grands vainqueurs au Royaume-Uni

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Accents d’Europe prend ses quartiers d’été

    Accents d’Europe prend ses quartiers d’été
    Du 22 juillet au 30 août 2018, toute l'équipe d'Accents d'Europe vous propose une sélection de ses meilleurs moments.La question des migrants en Europe, la pollution et le dérèglement climatique, mais aussi les efforts pour rendre le continent plus écolo, (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.