GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Ukraine: un référendum sur la paix avec la Russie?

    Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy prête serment lors de la cérémonie d'inauguration dans la salle du parlement à Kiev, en Ukraine, le 20 mai 2019. Vladyslav Musiienko/Ukrainian Governmental Press Service

    À peine investi sixième président de l’Ukraine indépendante, le comédien Volodymyr Zelenskiy a fait de l’arrêt des combats dans l’est une priorité. La guerre entre les forces ukrainiennes et les troupes pro-russes et russes y fait rage depuis 2014. Selon l’ONU, elle aurait déjà coûté la vie à plus de 13 000 personnes. Le désir de paix est palpable en Ukraine. Mais la solution du président Zelenskiy fait débat : il propose de faire valider la paix avec la Russie par un référendum. D’où est venue l’idée du nouveau président ?

    De notre correspondant à Kiev,

    Volodymyr Zelenskiy l’avait répété pendant sa campagne électorale : il aime bien les référendums. Pour valider la réforme de la justice, de la santé, ou encore d’autres changements fondamentaux, il veut « écouter l’avis de tout le monde », comme il l’a expliqué. Pour que ce ne soit pas le président ou le gouvernement qui décide mais le peuple. Cela étant dit, le président a précisé que le référendum serait consultatif et non contraignant.

    Il y a des raisons très pragmatiques à ce choix de tenir un référendum : ces cinq dernières années, plusieurs mesures législatives nécessaires à la réactivation des négociations de paix de Minsk ont été bloquées au Parlement. Volodymyr Zelenskiy ne dispose pas encore de groupe de députés. Il cherche donc à contourner les parlementaires avec cette déclaration, mais aussi à conforter son électorat : rappelons qu’il est encore en campagne, cette fois pour des élections législatives anticipées en juillet.

    L’initiative, même consultative, est cependant loin de faire l’unanimité

    Plusieurs personnalités ont dénoncé l’initiative comme le meilleur moyen de capituler face à la Russie. Proposer d’adopter un traité de paix complexe et très fragile par une question en « oui » ou « non », c’est dangereux et irresponsable, selon un des opposants à Volodymyr Zelenskiy. Des vétérans de guerre ont déjà annoncé leur opposition à l’idée. Et on sait que ce genre d’opposition peut être musclé.

    Il y a également une contrainte juridique : la loi sur l’organisation d’un référendum a été déclarée anticonstitutionnelle en 2018. Donc, il faut attendre l'élection d'un nouveau Parlement, qui vote une nouvelle loi, pour organiser un référendum. Si Volodymyr Zelenskiy le veut toujours d’ici là.

    Parce que la valeur politique d’un référendum est très incertaine pour le président. Imaginez que les électeurs rejettent sa proposition de paix. Souvenez-vous qu’en Colombie en octobre 2016, une petite majorité d’électeurs a suffi pour invalider quatre ans de négociations difficiles. En Ukraine, le président aurait du mal à s’en remettre.

    Que pense la Russie de sa proposition ?

    Même s’il gagne le référendum, Volodymyr Zelenskiy ne pourrait pas faire la paix tout seul, comme dit le proverbe. Pour le Kremlin, la proposition n’a même pas lieu d’être, car l’Ukraine et la Russie ne sont pas en guerre officiellement. Rappelons que Vladimir Poutine dément toute ingérence en Ukraine, malgré des preuves qui sont aujourd’hui incontestables. Donc pour Moscou, le référendum est une affaire strictement intérieure à l’Ukraine.

    Le Kremlin a d’ailleurs imposé une nouvelle série de sanctions commerciales et énergétiques sur l’Ukraine juste avant l’élection de Volodymyr Zelenskiy, comme une manière de souligner qu’il n’est pas prêt à des négociations. C’est un test pour le nouveau président et aussi un signe que la paix n’est pas pour demain.


    Sur le même sujet

    • Ukraine

      Ukraine: les premières nominations de Zelenskiy font polémique

      En savoir plus

    • Ukraine / Volodymyr Zelenskiy

      Ukraine: Zelenskiy convoque des législatives anticipées le 21 juillet

      En savoir plus

    • Ukraine

      Ukraine: Zelenskiy prête serment et dissout le Parlement

      En savoir plus

    • Ukraine

      Proposer des passeports russes aux Ukrainiens est une agression, selon Kiev

      En savoir plus

    • Ukraine

      Passeports russes au Donbass: Poutine teste le nouveau président ukrainien

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.