GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Luigi Di Maio met son destin entre les mains des militants Cinq étoiles

    Le leader du Mouvement 5 étoiles et vice-Premier ministre italien, Luigi di Maio. REUTERS/Yara Nardi

    Luigi Di Maio, le chef politique du Mouvement Cinq Etoiles qui n’a obtenu que 17% des suffrages au scrutin européen contre 32,6% aux législatives de mars 2018, met son avenir entre les mains des militants. Ils sont invités à s’exprimer sur la plate-forme informatique Rousseau de 10h à 20h, ce jeudi. Luigi Di Maio a donc décidé de sonder les adhérents au Mouvement Cinq étoiles.

    Luigi di Maio ne demande aux adhérents du mouvement qu’une chose : « Est-ce que vous me confirmez dans mon rôle de chef politique du Mouvement Cinq étoiles ? » Les votants n’ont donc pas à donner leur avis sur son rôle de vice-président du Conseil. Ni sur sa fonction de ministre du Travail et du Développement économique. Mais si une majorité de militants s’exprime en faveur d’un changement de chef politique du Mouvement, évidemment cela compliquera la situation de Di Maio, très affaibli par le triomphe de son allié au gouvernement, Matteo Salvini, qui a obtenu 34% des voix au scrutin européen. Et qui s’estime, désormais, en droit d’orienter l’agenda politique en fonction des ambitions de la Ligue, son parti nationaliste.

    Les raisons d’une telle gifle électorale

    Les parlementaires du Mouvement Cinq étoiles se sont réunis pour analyser les raisons de cette débâcle électorale. Cette réunion a été un véritable marathon nocturne, en présence de Luigi Di Maio et d’orthodoxes Cinq étoiles comme l’ancien député Alessandro Di Battista, qui retournera certainement en piste. Il a surtout été question de la réorganisation du Mouvement, très présent sur les réseaux sociaux, mais pas assez sur le terrain. Certains parlementaires ont demandé à Luigi Di Maio d’abandonner un de ses postes de ministre. D’autres lui ont reproché de s’en remettre à la décision des adhérents à la plate-forme Rousseau. Mais dans l’attente du résultat du vote, ce soir, aucune décision tranchante n’a été prise. Et, pour le moment, les Cinq étoiles n’entendent pas rompre le contrat de gouvernement avec le tout puissant Salvini.

    Rousseau, une plateforme à la fiabilité douteuse

    Le site informatique a pour objectif de permettre à tout inscrit de participer à la vie démocratique du Mouvement Cinq étoiles. Mais cette forme de démocratie directe est contrôlée par la société Casaleggio, du nom du cofondateur du Mouvement Cinq étoiles. Or, d’après l’autorité italienne chargée de garantir la protection des données privées, le fonctionnement de Rousseau n’est pas assez transparent et trop vulnérable. Raison pour laquelle elle a récemment infligé une amende de 50 000 euros à la société privée Casaleggio.


    Sur le même sujet

    • Italie / UE

      Dette italienne: Bruxelles relance les hostilités contre Rome

      En savoir plus

    • Italie

      Élections européennes: en Italie, Matteo Salvini a les coudées franches

      En savoir plus

    • Italie

      Européennes: en Italie, les yeux rivés sur les scores du M5S et de la Ligue

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.