GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: le Congrès bloque une vente d'armes à l'Arabie saoudite, un revers pour Trump
    • Ankara juge «injuste» la décision américaine de bloquer sa participation au programme F-35
    • États-Unis: rejet par la Chambre des représentants d'une motion appelant à une procédure de destitution de Trump
    • CAN 2019: le Nigeria domine la Tunisie 1-0 lors de la petite finale et termine 3e de la compétition
    • Abandon des poursuites contre l'acteur américain Kevin Spacey dans le Massachusetts

    Autriche: le calme après la tempête provoquée par le FPÖ

    Brigitte Bierlein le 30 mai 2019. AFP/APA/Hans Punz

    Pour la première fois dans son histoire récente (depuis 1945) l’Autriche sera gouvernée par une chancelière : le président Van der Bellen a en effet nommé hier une femme à ce poste. Elle doit former un gouvernement chargé de mener les affaires du pays jusqu’aux élections anticipées prévues au mois de septembre. Le maître mot étant de « rétablir la confiance ».

    Brigitte Bierlein a l’habitude d’être la première : en février 2018 déjà, cette juriste de bientôt 70 ans est devenue la première femme à présider la Cour Constitutionnelle après en avoir été la première vice-présidente. Énergique, elle a la réputation d’être conservatrice tout en ayant un esprit ouvert. Et ses qualités de dialogue sont louées par ses collègues.

    Pour comprendre le choix du président Van der Bellen, il faut rappeler que l’Autriche vit une crise politique grave depuis deux semaines. Le 17 mai, deux journaux allemands publient une vidéo tournée clandestinement à Ibiza où l’ont voit le chef du parti d’extrême droite FPÖ, le vice-chancelier Strache, proposer des marchés publics à une femme présentée comme la nièce d’un oligarque russe, en échange de son soutien à son parti. Il lui propose aussi de racheter des parts importantes du quotidien le plus influent du pays. Strache démissionne aussitôt et dans la foulée, le chancelier, le conservateur Sebastian Kurz, limoge aussi son ministre de l’Intérieur controversé d’extrême droite. Sur ce, tous les ministres FPÖ démissionnent et la coalition entre conservateurs et extrême droite éclate après avoir été seulement un an et demi en fonction.

    Des élections anticipées en septembre

    Nouveau coup de théâtre : le gouvernement de transition formé par le chancelier Kurz à la demande du président est renversé par une motion de censure avec les voix des sociaux-démocrates et de l’extrême droite. Et ce, au lendemain de la très large victoire de Sebastian Kurz et de son parti conservateur aux élections européennes : ils obtiennent plus de 35% des voix, un score qualifié d’« historique ». Une victoire qui est surtout due à la popularité de Sebastian Kurz. Une large majorité des Autrichiens était d’ailleurs contre sa destitution par le Parlement, selon un sondage.

    Une première historique

    Dans le contexte des événements récents, jamais dans l’histoire de l’Autriche un gouvernement n’a été renversé par le Parlement, il s’agit surtout pour le président de retrouver la confiance. D’où son choix d’une chancelière qui ne soit pas issue d’un parti. Elle doit d’ailleurs former un cabinet de technocrates pour éviter les clivages politiques. Un cabinet qui restera en fonction jusqu’à la formation du nouveau gouvernement issu des élections.


    Sur le même sujet

    • Autriche

      Autriche: le chancelier Sebastian Kurz renversé par une motion de censure

      En savoir plus

    • Autriche / UE

      En Autriche, la situation paradoxale du chancelier Kurz après les européennes

      En savoir plus

    • Autriche

      Autriche: après le scandale, le FPÖ resserre les rangs autour de son nouveau chef

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Autriche: vers une nouvelle alliance droite-extrême droite ?

    Autriche: vers une nouvelle alliance droite-extrême droite ?
    Les Autrichiens vont de nouveau voter le 29 septembre prochain pour élire leurs députés et leur chancelier, qui devra composer un nouveau gouvernement. Ces législatives anticipées sont la conséquence de l’Ibizagate, du nom de ce scandale de corruption (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.