GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Brexit: Boris Johnson a assuré à Donald Tusk qu'une lettre partirait ce samedi soir (source européenne)
    • Retrait en Syrie: Ankara exhorte Washington à user de son «influence» auprès des forces kurdes
    • Chili: affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Santiago
    • Burkina Faso: cinq hommes des forces de l'ordre tués dans une double attaque (état-major)
    • Brexit: «Un délai supplémentaire n'est dans l'intérêt de personne», selon l'Elysée

    Tiananmen: la mémoire volée

    Grappes de caméras place Tiananmen à Pékin. © RFI/Stéphane Lagarde

    C’est une omerta à l’échelle d’un État. Trente ans après la répression sanglante du Printemps de Pékin, le régime chinois maintient un étanche couvre-feu médiatique sur cette nuit du 3 au 4 juin 1989, où l’Armée populaire de Libération a ouvert le feu sur une jeunesse chinoise réclamant davantage de démocratie et moins de corruption. Trente ans ont passé, Tiananmen n’est toujours pas entré dans les manuels d’histoire en Chine. Une amnésie générale qui empêche les familles des victimes de faire leur deuil. RFI est allé à la rencontre des anciens du 4 juin restés à Pékin. Des témoins surveillés et toujours bâillonnés, trois décennies après la tragédie.


    Sur le même sujet

    • Chine

      Chine: 30 ans de Tiananmen, un anniversaire sous haute surveillance

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Le Nord n'est pas la poubelle de Moscou

    Le Nord n'est pas la poubelle de Moscou
    « Moscou est un État à part, tous nos impôts partent là-bas, ici on a la forêt, le pétrole, le gaz, on a beaucoup de richesses mais tout l'argent qu'on gagne part à Moscou, notre argent va à Moscou, et eux en échange, ils nous donnent leurs poubelles ».
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.