GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Nigeria [série 2/3]: «Money Mariage», des enfances traumatisées

    Happiness, vendue par sa grand-mère à l'âge de 3 ans. RFI/Moïse Gomis

    Deuxième épisode de cette série qui nous conduit dans le nord de l’État de Cross River. Là-bas, dans le l’extrême sud-est du Nigeria, la communauté Becheve maintient une tradition ancestrale illégale selon les lois nigérianes. Un débiteur peut régler sa dette en vendant sa fille sans son consentement (enfant, adolescente ou jeune femme adulte) à un créancier. Cette « transaction » s’intitule « Money Marriage » que l’on pourrait traduire par mariage monétaire. Parfois pour une somme inférieure à 4 euros, de très jeunes enfants sont vendus à des hommes deux à trois fois plus âgés que leurs parents. Notre correspondant au Nigeria s’est rendu dans la localité d’Obanliku, où derrière ses collines, se perpétue une tradition réduisant des femmes en esclavage. Chez les hommes Becheve, posséder une ou plusieurs femmes appelées « Money woman » est un signe extérieur de richesse. Et depuis des siècles, ce mariage forcé est une réelle menace pour les femmes de cette communauté.


    Sur le même sujet

    • Reportage Afrique

      Nigeria - Money Marriage [Série 1/3]: portrait de Dorothy mariée de force à 7 ans

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Afrique du Sud [Série 2/5]: les «born free» (Rediffusion)

    Afrique du Sud [Série 2/5]: les «born free» (Rediffusion)
    Suite de notre série en Afrique du Sud, qui a fêté les 25 ans de sa démocratie. L’occasion de se pencher sur cette nouvelle génération qui est née après 1994. On les appelle les born free, ceux qui sont nés en liberté. Ils ont 25 ans ou moins et n’ont (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.