GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le vieillissement de la population: calamité ou nouvel âge d'or?

    Dans la plupart des pays avancés, les gens vivent de plus en plus longtemps et font de moins en moins d’enfants. AFP/Sébastien Bozon

    Le vieillissement des sociétés occidentales préoccupe le G20. Lors de la réunion des ministres des finances du groupe des 20 pays les plus avancés qui s'est tenu ce week-end au Japon, ils sont tombés d'accord pour dénoncer les nouveaux risques que cette mutation démographique fait peser sur l'économie.

    Le constat est quasiment universel : dans la plupart des pays avancés où les gens vivent de plus en plus longtemps et font de moins en moins d’enfants, le vieillissement est globalement perçu comme un nouveau danger pour l’économie. Et les réponses en termes de politique publique sont de plus en plus âprement contestées sur le plan politique. En Finlande, le pays européen qui vieillit le plus vite, un nouveau tour de vis budgétaire pour financer la prise en charge des plus vieux a même fait tomber le précédent gouvernement.

    Pourtant, il y a bel et bien péril en la demeure selon le FMI : on dépensera toujours plus pour la prise en charge et la santé des aînés, et on travaillera de moins en moins, faute de main d’œuvre, résultat « la richesse des pays concernés finira forcément par être affectée » assurent ses économistes.

    Cette logique pessimiste est partagée par la plupart des gouvernants

    Car dans les pays concernés, le financement de la transition démographique pèse déjà sur les actifs. En France par exemple, depuis quinze ans les salariés sont censés travailler le lundi de Pentecôte, auparavant férié, au titre de la journée de solidarité intergénérationnelle. Cela ne suffit plus. Il faudrait instaurer une deuxième journée de solidarité pour supporter l’augmentation du coût de la prise en charge des anciens. Mais le gouvernement d’Emmanuel Macron a repoussé cette idée, il envisage plutôt de reporter l’âge de la retraite, on parle d’un recul de 62 à 64 ans.

    Le lien que le FMI établit entre vieillissement et appauvrissement est-il automatique ?

    Pas vraiment. Le FMI d’ailleurs a lancé son avertissement au futur, sans s’appuyer sur une étude sérieuse. Celles qui existent divergent. Aux États-Unis des chercheurs ont constaté une baisse du PIB par habitant de 5 % dans les États où la population de plus de 60 ans augmente de 10 %. Mais d’autres économistes constatent que dans les pays où la transition démographique est déjà bien amorcée, c’est le cas dans tous les pays riches membres de l’OCDE, il n’y a pas de corrélation évidente entre le vieillissement et l’évolution du PIB par habitant.

    Il n’y a pas non plus de lien de cause à effet entre le vieillissement et la contraction du marché du travail. De son côté, dans une étude publiée il y a quatre ans, la banque mondiale conclut que les conséquences de la transition démographique sont complexes, mais pas nécessairement négatives sur le plan économique.

    Comment expliquer cette résilience ?

    D’abord parce que les vieux d’aujourd’hui sont en bien meilleure santé que ceux d’hier, et donc capables de prolonger leur vie active. L’allongement de la durée du travail est une première piste mise en œuvre pour régler à la fois le défi du financement des retraites et celui du manque de main-d’œuvre causé surtout par l’érosion des naissances.

    Ensuite comme c’est déjà le cas au Japon, le pays où cette transition démographique est la plus avancée, les entreprises ont très vite et beaucoup investi dans la robotisation. On peut améliorer sa productivité avec moins d’employés, mieux formés et mieux rémunérés. Le vieillissement est donc loin d’être une catastrophe économique pour l’humanité. Pourquoi pas un nouvel âge d’or ? L’an dernier aux États-Unis les emplois liés au grand âge sont ceux qui ont le plus augmenté. Et ce n’est qu’un début. Le bureau des statistiques du marché du travail estime qu’il faudra créer deux millions 400 000 nouveaux emplois pour satisfaire ce type de demande d’ici 5 ans.

    EN BREF

    Malgré la guerre commerciale, les exportations chinoises sont reparties à la hausse au mois de mai. Tandis que les importations de la deuxième puissance économique mondiale ont fortement baissé d’après les données fournies par les douanes chinoises. Pékin a donc encore aggravé le déséquilibre de sa balance commerciale, notamment avec les États-Unis où l’excédent en faveur de la Chine est passé de 21 milliards de dollars en avril à 26 en mai. De quoi alimenter le courroux de l’administration américaine.

    Un nouveau poids lourd mondial de l’aéronautique et de la défense est en train d’émerger aux États-Unis. Raytheon, célèbre pour ses missiles Tomahawk et ses antimissiles Patriot va fusionner avec United Technologies détenteur des fameux moteurs Pratt and Whitney qui équipent entre autres les avions de combat américains. La nouvelle entité sera le numéro deux mondial du secteur, derrière Boeing.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.