GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Moldavie se dote d'un gouvernement pro-russe minoritaire deux jours après la chute d'un cabinet pro-européen
    • Koweït: le Premier ministre a présenté jeudi la démission de son gouvernement à l'émir (porte-parole)
    • Le prix Goncourt des lycéens attribué à Karine Tuil pour «Les choses humaines»
    • Incendies sur la côte est de l'Australie: quatre morts, selon un dernier bilan établi par la police
    • Israël déclare avoir tué dans la nuit un commandant du Jihad islamique lors d'une frappe sur Gaza
    • Hong Kong: le «Global Times» supprime son tweet annonçant un couvre-feu imminent
    • Union européenne: Londres ne nommera pas de commissaire européen avant les élections britanniques (Bruxelles)
    • Épidémie d'Ebola en RDC: MSF signale le début de l'utilisation d'un deuxième vaccin à Goma

    Maylis de Kerangal et ses traducteurs

    La première semaine de juin 2019, Maylis de Kerangal rencontrait sept de ses traducteurs pour un séminaire à Arles. © ATLAS

    « Traduire, c’est trahir ». L’expression italienne est sévère vis-à-vis de ceux qui remanient des textes, sans les réécrire, pour les rendre compréhensibles dans une autre langue. En ce début du mois de juin 2019, le Collège international des traducteurs littéraires a justement réuni Maylis de Kerangal et ses traducteurs, pendant une semaine de séminaire, pour évoquer ce jeu d’équilibriste littéraire. Car un livre n’est totalement achevé que lorsqu’il est traduit, comme le disait Simenon.

    Avec Maylis de Kerangal et trois de ses traducteurs, Ursula Burger, vers le croate, Jordi Martín Lloret, vers le catalan et Ville Keynäs, vers le finnois.

    Et la Chronique Ailleurs, avec l'Institut Français de Roumanie, qui s'installe au Festival de Sibiu pour quelques jours.


    Sur le même sujet

    • Vous m'en direz des nouvelles !

      Maylis de Kerangal, en trompe l'œil

      En savoir plus

    • Littérature sans frontières

      Maylis de Kerangal, romancière de la lumière

      En savoir plus

    • Vous m'en direz des nouvelles !

      Maylis de Kérangal et Jean-Luc Petitrenaud, l'art de la table

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.