GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Crise à Hong Kong: l'attractivité économique en jeu

    Des milliers de personnes sont rassemblées dans les rues de Hong Kong pour le retrait de la loi d'extradition, le 16 juin 2019. REUTERS/Athit Perawongmetha

    Mobilisation massive, ce dimanche, à Hong Kong. Malgré la suspension du projet de loi sur les extraditions vers la Chine, près de deux millions de personnes ont défilé dans la ville, selon les organisateurs. Les autorités ont évoqué un chiffre en dessous de 350 000 participants. Les contestataires réclamaient des excuses de Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif. Excuses qu'ils ont obtenues. Ils souhaitaient également l'abandon définitif de ce projet de loi. En le suspendant, Carrie Lam a aussi répondu (au moins temporairement) à une attente des milieux d'affaires.

    Ce projet de loi inquiète juristes, militants, diplomates mais également des capitaines d'industries et des Chambres de commerces. Celle des Etats-Unis par exemple, s'en est ému, tout comme l'Union européenne. Des économistes n'excluent d'ailleurs pas qu'une partie du resserrement des liquidités à Hong Kong soit imputable à des retraits d'argents d'investisseurs étrangers.

    Au cœur des préoccupations : l'idée que Pékin puisse poursuivre des Hongkongais mais également des étrangers au sein de la ville semi-autonome ou même des voyageurs en transit à l'aéroport. Stephen Innes, analyste de Vanguard, a averti que ce projet aurait « certainement miné l'Etat de droit et l'autonomie de Hong Kong » vis-à-vis de la Chine à laquelle elle a été rattachée en 1997 après plus d'un siècle passé dans le giron britannique. Or, « c'est l'un des piliers de la prospérité financière de Hong Kong. »

    L'affaire des deux ressortissants canadiens, dont un homme d'affaires, arrêtés dans la foulée de l'interpellation d'une dirigeante de Huawei au Canada est encore fraîche. De quoi faire réfléchir les investisseurs tentés par l'aventure chinoise.

    Des députés pro-Pékin avaient même fini par prendre leurs distances avec le texte de peur que cela ne porte atteinte à l'environnement économique de Hong Kong. Une détérioration de l'économie de la ville semi-autonome ne serait pas une bonne nouvelle pour la Chine continentale. Hong Kong est une porte d'entrée vers l'économie chinoise.

    Investissements en provenance de Hong Kong

    La Bourse de Hong Kong qui a récemment changé son règlement attire les entreprises chinoises qui veulent être cotées. Dernier exemple en date, selon Reuters, le groupe chinois Alibaba, qui avait fait son entrée sur les marchés à Wall Street, a déposé une demande de cotation secondaire à la Bourse de Hong Kong. Cette dernière peut aussi être un trait d'union entre les placements internationaux et la Chine. Depuis quelques années, une interconnexion a été établie entre les bourses de Hong Kong et celles de Shenzen et Shanghai.

    Par ailleurs, c'est par Hong Kong que passent une partie des investissements. Hong Kong est en effet à l'origine de 72% investissements directs étrangers en Chine, très loin derrière Singapour ou les Iles Vierges avec 3% chacun.

    Enfin, Hong Kong joue un rôle important dans l'internationalisation du yuan, la monnaie chinoise. Elle est le premier centre du Renminbi offshore.

    Exposition à l'économie chinoise

    Cela implique que l'économie de Hong Kong est vulnérable face aux soubresauts de la Chine.

    L'économie hongkongaise se porte globalement bien, un taux de chômage très faible. Le PIB a augmenté de 3% l'an dernier mais cela marque un ralentissement de la croissance qui s'était établie à 3,8 % l'année précédente. Et les analystes s'attendent à ce que 2019 s'inscrivent dans la même dynamique. Des résultats liés au ralentissement de l'économie chinoise. Hong Kong est aussi particulièrement exposée aux conséquences de la guerre commerciale sino-américaine : ce sont ses deux principaux partenaires commerciaux.

    Hong Kong est aussi liée aux Etats-Unis sur le plan monétaire, le dollar hongkongais étant arrimé au dollar américain.


    Sur le même sujet

    • Chine / Hong Kong

      Hong Kong: libre, Joshua Wong appelle aussitôt Carrie Lam à démissionner

      En savoir plus

    • Hong Kong

      Hong Kong: la cheffe de l'exécutif Carrie Lam présente ses excuses

      En savoir plus

    • Chine / Hong Kong

      Hong Kong: encore énormément de monde dans les rues contre les extraditions

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Pourquoi le Brexit sans accord défendu par Boris Johnson inquiète les pays africains

    Pourquoi le Brexit sans accord défendu par Boris Johnson inquiète les pays africains
    Au Royaume-Uni, Boris Johnson devrait logiquement succéder à Theresa May au poste de Premier ministre à l’issue du vote organisé par le parti conservateur. C’est donc un partisan d’un Brexit dur qui prend les commandes. Si sa ligne s’impose, elle provoquera (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.