GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cuba dénonce l'«expulsion injustifiée» par Washington de deux de ses diplomates (ministre des Affaires étrangères)
    • Washington expulse deux diplomates cubains à l'ONU accusés d'atteinte à la sécurité nationale (département d'Etat)
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    • La compagnie française XL Airways en cessation de paiements, demande son placement en redressement judiciaire (communiqué)
    • Décès de l'acteur français Charles Gérard, second rôle fétiche de Lelouch et grand ami de Jean-Paul Belmondo

    Bœuf aux hormones: nouvelles concessions de l'Europe aux États-Unis

    Steaks de boeuf américains en vente dans une boucherie. Luke Sharrett/Bloomberg via Getty Images

    L'Union européenne s'est félicitée vendredi d'avoir réglé un vieux contentieux avec Washington, celui du boeuf aux hormones, en réservant une partie de son quota d'importation au boeuf américain « de haute qualité ». Les éleveurs européens, de leur côté, s'estiment « sacrifiés au commerce ».

    Est-ce la fin de la guerre du boeuf aux hormones entre les États-Unis et l'Europe ? C'est ce que clame la Commission européenne, satisfaite d'avoir dit-elle « réglé ce vieux contentieux avec Washington, avec qui elle est engagée dans des discussions commerciales plus larges ». En filigrane, l'accord de libre-échange transatlantique. L'agriculture devait être exclue des négociations, mais visiblement cette exception n'est plus d'actualité au lendemain des élections européennes.

    30 ans de contentieux avec les États-Unis

    Cette guerre du boeuf aux hormones dure depuis 30 ans. En 1988, l'Europe a interdit l'importation du boeuf engraissé aux hormones. Une pratique abandonnée en Europe, mais pas aux États-Unis, qui portent alors plainte auprès de l'Organisation mondiale du Commerce... Étant donné qu'il n'a pu être prouvé que le boeuf aux hormones était mauvais pour la santé, l'OMC donne raison à Washington, qui applique alors des taxes prohibitives sur les produits européens, comme le roquefort, un fromage français du terroir, ce qui occasionnera le démontage d'un McDonald dans le sud-ouest de la France, premier fait d'armes politique de l'écologiste José Bové ! Dix ans plus tard, en 2009, l'Europe fait alors une première concession en ouvrant un quota d'importation de 45 000 tonnes de boeuf étranger de « haute qualité » de toutes origines.

    Mais les États-Unis ont été doublés en Europe par le boeuf sud-américain, moins cher. Comme l'Europe interdit toujours le boeuf aux hormones, l'administration Obama est revenue à la charge. Et c'est l'administration Trump qui obtient gain de cause : sur les 45 000 tonnes, 35 000 seront réservées au boeuf américain.

    Mercosur, Australie et Canada vont réclamer leur part

    Pour les éleveurs européens, c'est une concession lourde de conséquences. Car l'Union européenne négocie aussi avec le Mercosur, avec l'Australie et avec le Canada - le CETA devrait être signé d'ici la fin de l'été, vient d'annoncer Emmanuel Macron. « Des compensations seront logiquement accordées aux autres pays utilisateurs du "Panel hormones" », craint l'interprofession française Interbev, qui estime que « la Commission sacrifie le climat, la filière viande bovine et la santé des consommateurs au profit du commerce ». « 35 000 tonnes de boeuf américain, cela paraît pourtant peu au regard de la production européenne, 7 millions de tonnes, reconnaît l'expert du marché des viandes Jean-Paul Simier. Mais tout s'additionne... On pourrait arriver à 100 000 tonnes d'importations bovines supplémentaires, alors que les aides européennes aux éleveurs, elles, déclinent. »

    Prochaine émission

    Le cuir: sa traçabilité, le maillon faible de la filière européenne

    Le cuir: sa traçabilité, le maillon faible de la filière européenne
    Si la filière européenne du cuir a réduit énormément son impact sur l’environnement, il reste encore beaucoup à faire en termes de traçabilité de cette matière.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.