GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Istanbul: «L’opposition a gagné la solidarité d’un nombre croissant d’électeurs»

    Le candidat du CHP Ekrem Imamoglu après sa victoire à l'élection municipale d'Istanbul, le 23 juin 2019. REUTERS/Huseyin Aldemir

    L'opposition a infligé dimanche un cinglant camouflet au président turc en remportant une nouvelle fois la mairie d'Istanbul, détruisant son aura d'invincibilité et portant la voix des électeurs mécontents de sa politique. Un scrutin qui fait suite à une première élection qui s'est tenue en mars, mais qui avait été invalidée après des recours du parti islamo-conservateur du président, arguant d'« irrégularités massives ». Quelles conséquences peut avoir cette défaite pour le parti au pouvoir et à quoi faut-il s'attendre désormais ? Éléments de réponse avec Élise Massicard, chercheure au CNRS et à Sciences Po, spécialiste de la sociologie politique de la Turquie contemporaine.

    « La situation économique a aussi joué puisqu’elle est très mauvaise en Turquie en ce moment, avec une inflation qui est de l’ordre de 20%, un chômage important et une dévaluation de la monnaie qui est également très importante. »


    Sur le même sujet

    • Turquie

      Turquie: avec la victoire de l'opposition à Istanbul, une barrière est tombée

      En savoir plus

    • Turquie

      Turquie: victoire du candidat de l'opposition à Istanbul

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Détroit d'Ormuz: «Les dirigeants iraniens veulent aller à la négociation en position de force»

    Détroit d'Ormuz: «Les dirigeants iraniens veulent aller à la négociation en position de force»
    Nouveau regain de tension dans le détroit d'Ormuz. Alors qu'un pétrolier britannique a été arraisonné par les Gardiens de la révolution iranienne dans le golfe Persique, une réunion de crise du gouvernement de Theresa May s'organise à Londres. Quel message (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.