GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: le Congrès bloque une vente d'armes à l'Arabie saoudite, un revers pour Trump
    • Ankara juge «injuste» la décision américaine de bloquer sa participation au programme F-35
    • États-Unis: rejet par la Chambre des représentants d'une motion appelant à une procédure de destitution de Trump
    • CAN 2019: le Nigeria domine la Tunisie 1-0 lors de la petite finale et termine 3e de la compétition
    • Abandon des poursuites contre l'acteur américain Kevin Spacey dans le Massachusetts

    En Grèce, le procès du parti néo-nazi Aube dorée dans une phase cruciale

    Magda Fyssa, la mère de Pavlos Fyssas, le 20 juin 2019. AFP/Tatiana Bolar

    En Grèce, le procès du parti néo-nazi Aube dorée est entré dans une phase cruciale. Après quatre ans d’audiences, les prévenus comparaissent enfin devant la Cour pour l’affaire Pavlos Fyssas.

    Ces derniers jours, les quatorze personnes accusées d’avoir participé au meurtre du rappeur antifasciste ont commencé à défiler à la barre. Avant la mort de cet artiste grec, le parti néonazi était déjà connu pour ses « ratonnades » violentes contre les immigrés et les militants de gauche, mais il bénéficiait d’une certaine impunité dans les médias grecs. Fin 2013, ce meurtre avait provoqué l’arrestation des cadres du parti néonazi, notamment le président d’Aube dorée, Nikolaos Michaloliakos. Ils ont ensuite été relâchés à la fin de leur période de détention provisoire. Avec les 18 députés de l’époque, ils sont notamment accusés d’appartenance à une organisation criminelle.

    Dans l’affaire Pavlos Fyssas, le meurtrier a avoué les faits

    Il s’agit de Giorgos Roupakias. Cet homme de 45 ans à l’époque des faits a reconnu avoir poignardé le rappeur. Il admit également appartenir à Aube dorée. Il serait membre de la cellule locale de Nikaia dans la banlieue du Pirée où a eu lieu l’attaque. Pour la partie civile, il s’agit de prouver qu’il aurait bien agi sur ordre de sa hiérarchie. Un des prévenus qui a témoigné ces derniers jours affirme avoir été menacé pour qu’ils n’impliquent pas cette cellule du parti dans l’attaque.

    Mais ce procès concerne aussi d’autres affaires

    Il y a notamment l’attaque de quatre pêcheurs égyptiens du Pirée en 2012 et la tentative d’homicide contre des membres du syndicat communiste Pame à Perama l’année suivante. Et aussi de nombreuses autres affaires considérées comme plus mineures. En tout, le dossier ferait plus de mille pages, avec 300 témoins et près de 400 jours d’audience. C’est un procès-fleuve réputé pour être le plus important du pays, depuis la fin de la dictature des colonels dans les années 1970.

    Les prévenus montrent enfin leur visage

    Les prévenus avaient jusqu’ici pu éviter de se rendre au tribunal, particulièrement les cadres du parti néonazi. Seuls leurs avocats étaient sur place. Une façon d’éviter les caméras, pourtant peu présentes devant le tribunal alors que le procès a jusqu’ici bénéficié d’une faible couverture médiatique à la télévision. Malgré cela, l’image du parti néonazi a été ternie comme l'ont montré les résultats aux élections.

    En 2012, ils obtenaient 12% des voix. Aux élections européennes de mai dernier, ils ont culminé à près 5% des voix. Un pourcentage que l’on peut donc attribuer à la mauvaise image véhiculée par le procès, mais aussi à la montée d’un autre parti nationaliste, la Solution grecque qui a réussi à obtenir 4% des voix en faisant campagne sur l’opposition au nouveau nom de la Macédoine. Alors que les élections législatives anticipées prévues pour le 7 juillet approchent, les sondages créditent le parti néonazi d’un peu plus 3% des voix.


    Sur le même sujet

    • Accents d'Europe

      Un abri, un chez soi, les difficultés de logement des migrants

      En savoir plus

    • Reportage International

      En Grèce, les réfugiés sont chassés de leur logement prêté par le HCR

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Autriche: vers une nouvelle alliance droite-extrême droite ?

    Autriche: vers une nouvelle alliance droite-extrême droite ?
    Les Autrichiens vont de nouveau voter le 29 septembre prochain pour élire leurs députés et leur chancelier, qui devra composer un nouveau gouvernement. Ces législatives anticipées sont la conséquence de l’Ibizagate, du nom de ce scandale de corruption (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.