GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Côte d'Ivoire: la production de noix de cola en constante progression

    Les noix de kola ont un rôle culturel et social en Afrique de l’Ouest. ©creative commons/Antoshananarivo

    Il n’y aura pas de confusion en Afrique de l’Ouest entre l’ECO – la future monnaie unique de la CEDEAO – et la cola. Les dirigeants de l’Organisation ouest-africaine ont définitivement entériné, le 29 juin 2019, le nom ECO, alors que le public préférait Afri et cola. La cola, c’est cette noix très prisée dans l’espace économique ouest-africain et dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur du continent. Elle entre aussi dans la fabrication d'une boisson très connue.

    C’était l’une des monnaies d’échange pendant des siècles, comme le cauris et le sel. La kola fait vivre aujourd’hui plusieurs personnes en Afrique de l’Ouest, à commencer par les producteurs. À Aboisso, dans le sud-est de la Côte d’Ivoire, Dramane Diarrassouba produit chaque année entre 5 et 6 tonnes de noix de kola. Il en tire un revenu respectable, qui lui permet de faire vivre sa famille. Mais il précise que la noix de kola, c’est plus qu’une source de revenus.

    « S’il y a un mariage, de coutume en dioula, la première dot c’est la kola. Si on a une cérémonie à faire, comme les funérailles, c’est aussi la kola qui est le symbole pour présenter la cérémonie. »

    Les noix de kola ont donc un rôle culturel et social en Afrique de l’Ouest. Selon Henri Biego, directeur exécutif de l’Organisation interprofessionnelle agricole de la filière kola, cette noix est un produit particulier. Elle est considérée comme le lien entre les communautés de l’Afrique de l’Ouest.

    « La kola est exportée à 90% au sein de la CEEAO. La Côte d’Ivoire est le premier producteur avec 260 000 tonnes et environ 70% de ce tonnage vont essentiellement au Nigeria, le reste va dans les autres pays de la CEDEAO tels que le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal, la Mauritanie ou le Niger et seulement 10% de cette production sont transformés. »    

    La production de la kola est en constante progression. Mamadou Doucouré, président de l’Association des producteurs professionnels de kola.

    « La production actuelle de la Côte d’Ivoire de la kola, c’est 280 000 tonnes. »

    Après une simple cueillette sur des kolatiers qui poussaient dans la forêt, le mode de production des noix de kola évolue depuis quelques années, précise Henri Biego

    « La kola provient de forêts, se trouve dans les plantations de cacaoyers, c’est-à-dire que les producteurs de cacao laissent dans leurs plantations les pieds de kolatiers qu’ils trouvent, mais également plantent ces pieds de kolatiers. Maintenant, depuis une quinzaine d’années, il y a de plus en plus de monocultures de kolatiers, parce que la kola commence à avoir une importance au plan commercial. »

    Il n’y a pas encore de prix de référence pour les noix de kola, mais le prix du kilo au producteur varie entre 250 et 600 francs CFA. Une partie des noix de cola semi-transformées en Côte d’Ivoire entre dans la fabrication de boissons sur place, une autre est exportée en Europe et aux États-Unis et d’autres noix de kola, échangées sur les marchés locaux ou au bord des routes sont consommées brutes.

    Quatre à sept ans après sa plantation selon la variété, le kolatier commence à produire et bien entretenu, il peut continuer à fournir un bon rendement de noix au-delà de 100 ans.

    Prochaine émission

    Guinée: de l'huile de palme bio pour consommateurs avisés

    Guinée: de l'huile de palme bio pour consommateurs avisés
    En Guinée, la start up Eleis veut produire une huile de palme durable à destination des diasporas africaines. Depuis des siècles, on retrouve la fameuse « huile rouge » (l’huile de palme fermentée et non raffinée) dans toutes presque toutes les sauces (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.