GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Italie: le plus grand centre d'accueil pour demandeurs d'asile en Europe ferme ses portes

    Des migrants arrivent sur le port de Lampedusa, en Sicile, le 11 février 2015, après le naufrage de leur embarcation. REUTERS/Antonio Parrinello

    Le plus grand centre d'accueil pour demandeurs d'asile en Europe, créé en Sicile en 2011, ferme officiellement ses portes ce mardi. C'est une décision du ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, qui sera sur place ce mardi pour fêter cet évènement, sous les feux des projecteurs.

    Tout remonte au printemps arabe, en 2011. Cette année-là, des milliers de nord- africains ont débarqué à Lampedusa. Mais le pays, qui n'avait pas encore connu les grands flux en provenance de la Libye, n'était pas préparé à leur accueil. Sur décision de Silvio Berlusconi, le chef du gouvernement de l'époque, une résidence composée de 450 petites villas, initialement destinées aux familles des militaires de la base américaine de Sigonella, a été transformée en centre d'accueil pour demandeurs d'asile.

    Au départ, il était prévu d'en héberger au maximum 2 000. Mais entre 2014 et 2016, le centre dénommé la « Résidence des orangers », a souvent été surchargé. Avec des pics de 4 000 personnes. Donc un lieu surpeuplé, loin des centres urbains, mal contrôlé. Au fils du temps, la situation s'est sérieusement compliquée.

    Des conditions de vies inhumaines

    Le centre de Mineo a aussi défrayé la chronique en raison de scandales de corruption mais aussi des conditions de vie des migrants, toujours plus dégradées. L'un des plus gros scandales éclate en 2015, lorsque les autorités judiciaires découvrent que la coopérative d'entreprises, qui gère le centre, est mêlée aux affaires de corruption à Rome, connues sous le nom de Mafia Capitale. La coopérative était de mèche avec les cols blancs de la mafia romaine. Elle avait obtenu de manière illicite un fond de 100 millions d’euros en 2014, pour les frais de nourriture et d'entretien, les cours d'italien, les activités psychopédagogiques et la rémunération des employés locaux, soit environ 400 personnes. Mais une grande partie de cet argent a été utilisée à des fins personnelles. Finalement, le centre de Mineo, qui était aussi infiltré par la mafia nigériane, a été placé sous administration judiciaire. Mais il n'est jamais devenu un modèle d’accueil à échelle humaine.

    Une bonne décision de Salvini ?

    La fermeture du centre de Mineo était une des promesses électorales du leader de la Ligue. De fait, les demandeurs d'asile, qui attendent parfois deux à trois ans pour savoir s'ils seront éligibles au statut de réfugié, ont commencé à être transférés en février, lorsque la structure comptait encore 1 520 personnes. Mais le problème, c'est que ces migrants, pour la plupart africains, sont replacés dans des centres délabrés. Par exemple, de veilles casernes dans lesquelles ils sont amassés les uns sur les autres et ne bénéficient d'aucun programme de soutien.

    Or, Salvini n'a pas l'intention d'améliorer la situation. Au contraire, il ne cesse de couper les fonds pour l'intégration des candidats à l'asile. Et ceux qui n'obtiendront pas le statut de réfugié, ou un permis humanitaire, désormais exceptionnellement délivré, se retrouveront à la rue. C'est exactement comme si le ministre de l'Intérieur cachait la poussière sous le tapis.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.