GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cuba dénonce l'«expulsion injustifiée» par Washington de deux de ses diplomates (ministre des Affaires étrangères)
    • Washington expulse deux diplomates cubains à l'ONU accusés d'atteinte à la sécurité nationale (département d'Etat)
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    • La compagnie française XL Airways en cessation de paiements, demande son placement en redressement judiciaire (communiqué)
    • Décès de l'acteur français Charles Gérard, second rôle fétiche de Lelouch et grand ami de Jean-Paul Belmondo

    À la Une: la victoire de la Côte d'Ivoire sur le Mali

    C'est Wilfred Zaha qui a inscrit le but victorieux contre le Mali. RFI/Pierre René-Worms

    Une victoire saluée par L’Intelligent d’Abidjan qui voit loin et titre : « Allons enfants de la patrie pour ramener la coupe », même s’il reconnaît que dans ce 8e de finale, « les Aigles du Mali ont été les plus entreprenants, tirant au but plus d’une vingtaine de fois, contre 8 tirs côté ivoirien. » L’Intelligent raconte aussi les scènes de liesse hier soir, après la victoire de la Côte d’Ivoire, notamment à Bouaké, où la communauté malienne est particulièrement importante.

    « Nous avons mis les Aigles en cage », s’exclame une commerçante ivoirienne mariée à un Malien. De liesse bon enfant, précise L’Intelligent, qui regrette toutefois les « risques énormes pris par certains supporters, roulant en voiture ou en moto à vive allure, sans casque, et montant sur les capots ou les toits des véhicules, au mépris des règles de sécurité les plus élémentaires ».

    Du côté de la presse malienne, l’heure est à la sobriété

    Pas de trémolo dans la voix pour Maliweb, qui remarque que « les Ivoiriens se sont imposés après avoir été dominés une bonne partie de la rencontre », qui raconte le match presque minute par minute, jusqu’à ce but de Wilfried Zaha à la 76e.

    Malijet évoque de son côté, une « victoire étriquée » de la Côte d’Ivoire, « après une 1e période plutôt dominée par les Aigles du Mali ».

    Enfin, au Sénégal, Walf Fadjri, joue la carte de l’humour, en titrant : « les Éléphants passent par un trou de souris ».

    À la Une de la presse africaine également, la Cour pénale Internationale qui reconnaît coupable l’ex-chef de guerre Bosco Ntaganda, notamment de meurtres, viols, et enrôlement d’enfants en République démocratique du Congo.

    En RDC, AfrikArabia.com précise que « 18 chefs d’accusation ont été retenus à l’encontre de l’ex-chef rebelle, pour des exactions commises en 2002 et 2003 en Ituri ». Selon le jugement de la CPI, « Bosco Ntaganda, donnait les ordres directs de prendre pour cible et de tuer des civils, et approuvait le comportement criminel de ses soldats ». Article accompagné d’une photo de l’accusé, en costume, stature massive et regard de marbre.

    De son côté, politico.cd reprend l’appel de la FIDH, la Fédération Internationale pour les droits humains, qui demande à la CPI de « déterminer rapidement la peine de Bosco Ntaganda ». L’ONG se félicite par ailleurs que cette condamnation soit la 1ère en RDC, incluant des accusations de crimes sexuels et basés sur le genre. La FIDH rappelle que pour la première fois, la CPI poursuit un accusé « pour des actes de viol et d’esclavage sexuel commis contre des enfants soldats sous commandement officiel ainsi que des civils ».

    Au Burkina Faso, l’Observateur revient aussi sur cette condamnation

    « Ce n’est pas pour rien qu’on l’avait surnommé “Terminator”, un sobriquet qui en dit suffisamment long sur la cruauté de ce seigneur de guerre », poursuit l’Observateur, qui ajoute : « la vie de ce monstre aujourd’hui âgé de 45 ans, devenu milicien à 17 ans, est une succession d’horreurs, de crimes aussi atroces les uns que les autres ».

    De son côté Le Pays, associe le cas de Bosco Ntaganda, à celui de Mohamed al-Hassan. Voilà deux hommes que tout rapproche, le premier est un « ex-seigneur de guerre congolais », le second « un islamiste malien, poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité », et dont les audiences de confirmation des charges, commencent à la CPI.

    « Ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau », écrit Le Pays, « deux criminels rattrapés par leur passé et qui se retrouvent sous les fourches caudines de la justice internationale ».

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.