GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    À la Une: la tempête qui secoue le Front commun pour le Congo

    Kamanda wa Kamanda. © Thomas Nicolon

    La tempête qui secoue la plateforme Front commun pour le Congo a retenu l’attention de la quasi-totalité des journaux durant la semaine en RDC.

    Dans Le Maximum, « FCC : Bahati désavoué ». Le bi-hebdomadaire parle d’un « sale temps pour Bahati », dont « la candidature au perchoir de la chambre haute du Parlement provoque une véritable levée de boucliers. Lundi 8 juillet 2019, explique le journal, ses collègues chefs des regroupements politiques de la plateforme Joséphite réunis autour de la coordination du FCC le lui ont dit sans ambages : il n’est pas question de concurrencer la candidature d’Alexis Thambwe Mwamba proposée par Joseph Kabila, autorité morale de la méga-plateforme. »

    « Alerte à la tempête Bahati »

    « Ils ont bien prononcé la "fatwa", la sentence qu’il ne fallait pas », écrit de son côté le périodique The Post sous le titre « Alerte à la tempête Bahati ». « Bahati n’est pas homme à se laisser marcher sur les pieds », poursuit le tabloïd, qui ajoute : « Depuis de longs mois, celui qui est encore ministre du Plan a multiplié des alertes, des appels du pied, des mises en garde contre l’hégémonie du PPRD. Disons, explique encore The Post, c’est comme cela qu’il le dit, même s’il ne pense pas moins que ses mises en garde s’adressent à Joseph Kabila lui-même dont les décisions autocratiques au sein de la famille politique agacent plus d’un. »

    La Référence Plus, un autre quotidien, alerte, lui, sur les risques d’émiettement que court le FCC. Selon ce journal, « lassés de toujours subir des humiliations de la part des partenaires qui ne jouent pas franc-jeu, les alliés de Modeste Bahati veulent faire entendre leur voix… »

    Pour sa part, le journal Le Phare constate : « C’est donc la rupture entre Joseph Kabila, autorité morale du FCC, et Modeste Bahati, autorité morale de l’AFDC et Alliés. » « L’AFDC et Alliés a automatiquement pris son autonomie vis-à-vis du FCC, mais aussi des institutions de la République et de la société civile », écrit encore Le Phare.

    Enfin, le quotidien Le Potentiel fait le portrait de Modeste Bahati : « À la fois un professeur des universités, un homme d’affaires et un homme politique qui a traversé toutes les époques de la scène politique congolaise », écrit le confrère pour qui l’homme est « le porte-flambeau d’un nouveau leadership pour contrer le FCC ».

    Autre titre dans les journaux, dans Forum des As : « Haute Cour : encore des protestations pour les contentieux électoraux ! » Déplorant l’invalidation de cinq de leurs députés nationaux, « le MS de Pierre Lumbi et l’AAD exigent la restructuration de la Cour constitutionnelle », écrit ce journal. Et dans La Prospérité, Jean-François Mukuna dénonce « l’insécurité judiciaire et exige réparation après avoir été injustement invalidé. Les pièces versées au dossier ont également disparu », rapporte le journal.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.