GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Mondial de rugby: le XV de France éliminé en quart de finale par le Pays de Galles (20-19)
    Dernières infos
    • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
    • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
    • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney

    À la Une: de nombreux articles consacrés à la bioéthique

    Les gens défilent avec des pancartes «procréation médicale assistée, oui» (PMA) lors de la Gay Pride, le 29 juin 2013 à Paris. AFP/Lionel Bonaventure

    Le projet de loi de bioéthique doit être présenté aujourd’hui en conseil des ministres, et il suscite d’innombrables commentaires et interrogations. Le Parisien détaille les grandes lignes de cette loi qui, dit-il « va tout changer ». Le texte prévoit notamment que la procréation médicalement assistée, la PMA soit élargie à toutes les femmes, alors qu’elle est actuellement « réservée aux couples hétérosexuels ne pouvant pas avoir d’enfant ». « À l’avenir, nous dit Le Parisien, les couples de femmes ainsi que les célibataires y auront accès. »

    Autre nouveauté prévue par le projet de loi : « l’accès aux origines sera rendu possible ». C’est ce que réclament « de nombreuses personnes nées d’une PMA avec donneur et qui désirent, une fois adultes, accéder à leur origine biologique ».

    Ne sera pas autorisée en revanche, la GPA, la gestation pour autrui. Le Parisien précise que la loi « interdit de recourir à une mère porteuse », et cite la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, selon laquelle « on ne reviendra pas dessus ».

    Autant de propositions qui inquiètent Le Figaro

    Le Figaro parle même « d’une défaite de la raison ». Concernant la filiation, d’abord. « Pour la première fois elle quitte le terrain de la vraisemblance pour tenter de s’arrime sur "l’intention" ». « Décorrélée de la sexualité, la procréation s’ouvre à de tout autres horizons, où "fabrication" et "livraison" peuvent tout à fait être dissociées. »

    Le Figaro évoque également la « révolution de la médecine et de sa finalité », puisque, à ses yeux, elle n’a plus pour mission de soigner l’infertilité, mais de « répondre à de nouveaux désirs ». Et le journal s’interroge, avec inquiétude, semble-t-il, sur ce qui pourrait advenir plus tard : « A quel titre refuser aux couples d’hommes les droits que l’on ouvre aux femmes ? »

    De son côté, La Croix évoque un « débat apaisé »

    Reprenant ainsi les mots du Premier ministre Édouard Philippe. Apaisé, peut-être, ce qui n’empêche pas de se poser des questions. Ainsi, pour le journal, concernant l’extension de la PMA, « il est démocratiquement sain que certains s’interrogent, même à rebours de l’opinion dominante, sur la légitimité de cette demande sociale, sur ses effets concernant la filiation, sur les intérêts économiques en jeu à vouloir offrir à toutes les femmes les possibilités ouvertes par les technologies de la procréation... » Que d’interrogations en suspens !

    Enfin, Le Monde rappelle que tous les pays de l’Union européenne n’en sont pas au même point

    Les différences sont particulièrement sensibles entre l’Ouest de l’Europe et « l’ancien bloc soviétique », dont sont issus « les pays qui n’autorisent pas les unions homosexuelles ». Pays qui refusent également la PMA aux couples de femmes, mais ils ne sont pas les seuls, précise Le Monde. C’est le cas aussi « des deux pays de l’Ouest de tradition orthodoxe (la Grèce et Chypre) et dans trois pays de tradition catholique : l’Italie, la France (jusqu’à présent) et l’Allemagne. En revanche, tous les pays d’ascendance protestante de l’Ouest l’ont autorisée. »

    Également, à la Une de la presse française (une fois encore) François de Rugy

    « Rugy sort ses griffes » titre Libération avec en Une la photo pleine page de l’ancien ministre contraint à la démission la semaine dernière. « Affichant un large sourire, il s’est présenté mardi soir sur le plateau du 20 heures de France 2 en "homme blanchi" », raconte le journal, dénonçant un « journalisme de démolition » et des « attaques nauséabondes », le ministre déchu a affirmé qu’« aucune règle n’avait été enfreinte ». Il s’estime en effet « dédouané par les deux rapports des secrétaires généraux du gouvernement et de l’Assemblée nationale ».

    Ainsi le rapport de l’Assemblée nationale, concernant les dîners organisés par François de Rugy, lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale, ne relève aucune « irrégularité », mais tout de même : « Trois dîners familiaux ou amicaux «d’un niveau manifestement excessif. »

    Concernant les travaux du couple de Rugy dans leur logement de fonction, pas d’irrégularité non plus. Il est tout de même question du fameux dressing à 17 000 euros. « La commande semble avoir été passée avec une relative urgence, et le devis n’a pas été ajusté », note le rapport.

    Un rapport contesté par une partie de la classe politique et de Mediapart

    Mediapart, qui a révélé les informations sur les dîners et les dépenses du couple de Rugy, parle du contrôle de l’Assemblée comme d’une « farce ». Le rapport d’enquête de l’Assemblée nationale a été réalisé par son secrétaire général, Michel Moreau, « ex-subordonné » de François de Rugy, précise le média en ligne qui cite le député centriste Charles de Courson : « On a chargé un collaborateur de savoir si le patron avait fauté... Ce n’est ni fait ni à faire. »

    « Pour ne rien arranger, poursuit Mediapart, le secrétaire général de la présidence est installé depuis des lustres par l’Assemblée dans un confort matériel qui n’incite guère à chérir la sobriété, encore moins à la rechercher chez les autres. Doté d’un traitement supérieur à 17 000 euros net, Michel Moreau est aujourd’hui mieux payé que le président de la République » assure le site d’information.

    Avant de refermer les journaux français, un coup d’œil sur une fiction imaginée par La Croix

    Nous sommes en 2030 et Internet est « rationné », par « mesure d’écologie ». Pour « le gouvernement écologiste », c’est un « plan citoyen pour une connexion écoresponsable ». Alex, qui passait des heures à regarder des séries devant sa télé est ainsi désormais contraint de se rendre dans « un bar à streaming », où le temps est compté. Les antiques téléphones portables à touches sont revenus au goût du jour pour remplacer les smartphones. Autant dire que pour les réseaux sociaux, c’est la fin des haricots. Bref, une fiction qui donne à réfléchir.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.