GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    À la Une: la guerre commerciale enflamme les bourses

    Le président américain Trump à la Maison Blanche à Washington, ce vendredi 26 juillet 2019. REUTERS/Leah Millis

    « Allez, hop 10 % de droits de douane supplémentaires sur les 300 milliards de dollars d'importations jusque-là épargnées » ! Le journal L’Est républicain, ce matin, a trouvé la formule.

    Allez, hop ? Une fois encore, c’est en effet le président américain qui est à l'origine de cette tempête boursière. Via une série de tweets, Donald Trump a « mis le feu aux poudres », formule Le Parisien. L’expression est encore pour l’heure excessive, mais elle dit bien ce qu’elle veut dire. Jeudi soir en effet, le bouillant président des États-Unis, sur ce réseau social qu’est Twitter, a menacé de mettre en place, au 1 er septembre, des droits de douane, de 10 % sur les 300 milliards de dollars d'importations chinoises jusque-là épargnées, pour protester contre des négociations commerciales qui n'avanceraient pas.

    Réponse du berger à la bergère, Pékin a aussitôt prévenu que la Chine « n'aurait d'autre choix » que de prendre des mesures de représailles si Donald Trump alourdissait les droits de douane, complète Le Parisien. Attention, prévient ce quotidien, « ça chauffe, cet été, pour les actionnaires », en constatant que les bourses sont « en ébullition ».

    A Paris, l’indice phare des valeurs boursières françaises, le fameux CAC 40, a ainsi perdu 3 et demi % hier. Francfort a perdu 3 %, Londres et Tokyo 2 %. « La plupart des places mondiales ont plongé en fin de semaine », pointe ce journal pourtant bien peu spécialisé sur les marchés aux actions qu’est Le Parisien.

    Alors, que dire d’un quotidien dont c’est la spécialité, je veux bien sûr parler du journal Les Echos. Absent des kiosques pour cause de week-end, c’est son site Internet qui prend le relais. « Trump rallume la guerre commerciale avec la Chine, les marchés plient », lance-t-il ainsi. Selon Les Echos, les investisseurs sont « paniqués ».

    Et pour le site du quotidien économique français Les Echos, c’est rien moins qu’un « combat de titans » qui est « bel et bien lancé ».

    Trump tweet, la planète tousse

    Ça n’est pas la première fois que la guerre commerciale Chine-Etats-Unis menace, mais ce qui est nouveau, explique au journal Le Figaro un expert de la stratégie, c’est que « pour la première fois, les biens de consommation sont visés. Les ménages vont sentir la "douloureuse" », dit-il à ce quotidien. Un autre spécialiste y remarque que les produits concernés incluent « des basiques de la consommation comme les jouets, l’habillement ou les appareils électroménagers ».

    Et Le Figaro de compléter en signalant que Donald Trump, qui estime que ses grands partenaires mettent en place des politiques défavorables au dollar et aux entreprises américaines, « ne compte pas limiter ses menaces à la Chine ». Allusion bien sûr à l’Union européenne, dont il menace régulièrement de surtaxer les exportations vers les États-Unis. « Il cible en particulier les automobiles allemandes, les fromages et les whiskies européens », pointe encore Le Figaro.

    La loi du plus fort

    Mais le pire n’est jamais certain, et on sait à quel point Donald Trump est habile à manier le bluff. C’est ce que veut croire le journal La Charente Libre. Lequel souligne que le locataire de la Maison-Blanche est « en campagne permanente ».

    Donald Trump « doit impérativement arracher à temps un accord avec la Chine pour le transformer en un formidable vecteur électoral, décrypte ce quotidien du sud-ouest de la France. Son message vaut pour des Européens insidieusement priés de choisir entre de nouvelles taxes et la constitution d'un « front commun » pour faire échec à l'expansionnisme chinois (…) l'Europe est grossièrement sommée de faire la courte échelle électorale au Président américain », se désole La Charente Libre.


    Sur le même sujet

    • Revue de presse des Amériques

      À la Une: nouvelles menaces de Donald Trump à l’égard de la Chine

      En savoir plus

    • Etats-Unis / Chine

      États-Unis: nouvelles taxes sur les importations chinoises, les marchés inquiets

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.