GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    ACES, peau artificielle ultrasensible

    L'épiderme artificiel ultrasensible peut être associé à n’importe quelle couche de peau de capteur pour fonctionner comme une peau électronique. Université nationale de Singapour

    Des scientifiques asiatiques ont développé une peau synthétique d’une sensibilité extrême surnommée peau électronique à codage asynchrone (ACES pour Asynchronously Coded Electronic Skin). Capable de détecter précisément les écarts de température, la pression ou la flexion, elle réagirait bien plus vite que la peau humaine, aux moindres stimuli.

    Contrairement à la vue et l’ouïe qui sont relativement faciles à reproduire électroniquement, le goût, l’odorat et surtout la sensation du touché restent assez complexes à imiter pour nos machines robotisées.

    Du côté des prothèses équipant les personnes amputées, ce n’est pas mieux ! Les expériences de peaux artificielles ont jusqu’à présent, offert un retour sensoriel de piètre qualité à leurs porteurs, à peine capables de délivrer quelques picotements en lieu et place des sensations tactiles et subtiles que procure naturellement un véritable contact physique.

    Une quête de sens qui a fini par titiller les chercheurs de l’Université nationale de Singapour. Ils ont développé un épiderme artificiel représentant cette fois un réel progrès.

    Selon les résultats de l’étude qu’ils ont publiée dans la revue Science Robotics, leur peau synthétique serait capable de détecter des écarts minimes de températures, de réagir à l’humidité, de frissonner à la moindre pression ou aux flexions qu’on lui ferait subir. Des réactions épidermiques qui s’effectuaient à la vitesse de l’éclair, 1 000 fois plus rapidement que la peau humaine.

    Leur épiderme artificiel est constitué de caoutchouc et de matière plastique composite. Le secret de son extrême sensibilité se manifeste à la surface de cette imitation de peau, à travers un réseau composé de milliers micro-capteurs de seulement un millimètre carré chacun reproduisant les fonctions principales de nos terminaisons nerveuses. Trois types de senseurs équipent pour l’instant le derme électro : un pour identifier des textures de matières qui vont de lisses à rugueuses, un autre pour capter une pression de faible à léger et le dernier réagissant aux températures, de glacées à brûlantes. Tous les capteurs génèrent isolément ou collectivement des impulsions électriques que récupère alors un récepteur central chargé d’interpréter les signaux déclenchés par différents stimuli physiques. Pour tester leur prototype, les chercheurs ont placé cette imitation d’épiderme sur une main robotique qui devait se saisir d’une tasse de café chaud.

    Le dispositif a parfaitement enregistré tout l’éventail des sensations tactiles qu’occasionnait la préhension de cet objet. Si l’objectif des scientifiques singapouriens est de doter les robots d’une peau artificielle leur permettant de mieux ressentir leur environnement, ils envisagent aussi d’en équiper les prothèses des personnes amputées. Reste toutefois un problème à régler : trouver le moyen d’interconnecter ces sensations tactiles artificielles au système nerveux humain.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    • Le drone Dipper

      Le drone Dipper

      Le drone Dipper ressemble à un simple avion radiocommandé. Mais ses propriétés étonnantes lui confèrent le pouvoir de plonger, nager et se propulser hors de l'eau pour …

    • Des nano-robots en boule de gomme (rediffusion)

      Des nano-robots en boule de gomme (rediffusion)

      Utiliser des nano-robots pour réparer les cellules du corps humain n’est plus un concept réservé aux seuls ouvrages de science-fiction. Des chercheurs suisses ont développé …

    • HypnoVR, anesthésie virtuelle sous hypnose (rediffusion)

      HypnoVR, anesthésie virtuelle sous hypnose (rediffusion)

      Véritable révolution technologique qui a fait le bonheur des adeptes de jeux vidéo, les dispositifs de réalité virtuelle ont trouvé de nombreux débouchés dans le domaine …

    • Orobot, le robot préhistorique (Rediffusion)

      Orobot, le robot préhistorique (Rediffusion)

      Des chercheurs européens ont mis au point un robot inspiré par un fossile préhistorique vieux de 300 millions d’années. La machine qui reproduit fidèlement la marche …

    • Un exosquelette de chantier (rediffusion)

      Un exosquelette de chantier (rediffusion)

      Des ingénieurs américains ont conçu un système robotisé portatif qui offre aux travailleurs sur les chantiers de soulever et de transporter des charges de 90 kilos comme …

    • Velox, robot patineur (rediffusion)

      Velox, robot patineur (rediffusion)

      Des ingénieurs américains se sont inspirés du règne animal pour créer le robot Velox. Cette machine véritablement tout-terrain est capable de se déplacer dans des environnements …

    • De l’eau dans le désert

      De l’eau dans le désert

      En s’inspirant des particularités biologiques des cactus, des scarabées et des herbes sèches qui réussissent à survivre sans aucune goutte d’eau dans les déserts, des …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.