GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Quartiers d’habitat précaire, quartiers populaires: réhabiliter ou détruire? (Rediffusion)

    Jeremy Ochieng, un résident du plus grand bidonville de Kibera au Kenya, prend des selfies le long d'une voie ferrée à Nairobi, le 4 octobre 2017. AFP/Yasuyoshi Chiba

    Bidonvilles en Afrique francophone, favelas au Brésil, villas miseria en Argentine. Aujourd’hui, dans le monde, un milliard d’habitants vivent dans des quartiers précaires, et ils seront trois milliards en 2050. Selon l’ONU Habitat, les bidonvilles sont dans une zone surpeuplée, dotée d’un accès insuffisant à l’eau, à l’assainissement, où la structure du logement est très faible avec des matériaux de construction peu solides. Comment pallier les défaillances des politiques urbaines ? Faut-il détruire ces quartiers pour en reconstruire de nouveaux ou les réaménager ? Quelles solutions pour les habitants ?

    Avec :

    - Agnès Deboulet, professeure de Sociologie à l’Université Paris 8 Vincennes Saint‑Denis et chercheure au sein du Laboratoire LAVUE CNRS

    - Delphine de Paix, directrice des politiques sociales au sein d’Emmaüs Habitat, un bailleur social

    - Hervé Théry, géographe, directeur de recherche émérite au CNRS, professeur à l’Université de Sao Paulo, spécialiste du Brésil et des favelas

    - Armelle Choplin, maître de conférences en géographie et urbanisme à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et à l’École d’urbanisme de Paris. Chercheure à l’Institut de recherche pour le développement au Bénin. Responsable du programme URBACOT « Observatoire des dynamiques urbaines côtières en Afrique de l’Ouest ».

    En fin d’émission, la chronique de l’Afrique qui gagne par Charlie Dupiot :
    Sandra Aguebor
    , première femme mécanicienne du Nigeria. Elle a toujours été la seule fille, pendant ses études, et dans les ateliers de réparation où elle a travaillé. Elle a lancé le projet d'entreprise sociale « Lady Mechanic Initiative » pour former, chaque année, des centaines de femmes en difficulté - notamment ex-prisonnières, prostituées, orphelines - aux métiers de la mécanique.


    Sur le même sujet

    • Italie

      Italie: des centaines de migrants évacués d'un bidonville en Calabre

      En savoir plus

    • France

      Immeubles effondrés à Marseille: «marche de la colère» près de trois mois après

      En savoir plus

    • France

      Marseille: un balcon chute sur le parcours de la marche blanche

      En savoir plus

    • Reportage France

      Diaspora africaine: sortir les bidonvilles de l'oubli (série d'été)

      En savoir plus

    • Kenya

      Kenya: une partie d'un bidonville de Nairobi rasé, ses habitants laissés-pour-compte

      En savoir plus

    • Brésil

      Nouvelle flambée de violence dans les favelas de Rio

      En savoir plus

    • Sénégal

      [Reportage] Dakar: la cité Baraka, bidonville solidaire, bientôt réaménagée

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Existe-t-il une classe moyenne en Afrique? (rediffusion)

    Existe-t-il une classe moyenne en Afrique? (rediffusion)
    L’argent, l’éducation, la consommation, sur quels critères fait-on partie de la classe moyenne en Afrique ?Selon la Banque Africaine de développement, 350 millions d’Africains appartiendraient à la classe moyenne, soit un tiers de la population. En fait, (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.