GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Vol et séquestration au château de Vaux-le-Vicomte, deux millions d'euros de préjudice (parquet)
    • Israël: Benyamin Netanyahu appelle son rival Benny Gantz à la formation d'un gouvernement d'union nationale
    • Accident de Fukushima: trois anciens dirigeants de Tepco acquittés par le tribunal
    • Polynésie: saisie de 5,5 kilos de méthamphétamine à l'aéroport de Tahiti (parquet de Papeete)
    • Afghanistan: quinze morts lors d'un attentat à la voiture piégée dans le Sud (gouverneur)

    Les cépages expérimentaux en Estonie

    Les vignes estoniennes recouvertes pour l'hiver RFI/Agnieszka Kumor

    Dernier volet de notre série d'été sur le monde du vin. Le climat de plus en plus chaud impose des choix radicaux sur de nombreux vignobles du monde. Les zones de production s'étendent plus au nord dans l'hémisphère Nord, et inversement dans l'hémisphère Sud où le raisin rencontre des conditions plus clémentes. C'est ainsi qu'en Estonie les variétés de raisin résistantes ont été introduites par des chercheurs qui pensent qu'un jour on produira du vin au bord de la mer Baltique. Agnieszka Kumor a rencontré ces passionnés.

    De Tallinn, la flamboyante capitale estonienne, un train express part vers le sud. Au fur et à mesure du voyage, le plat pays parsemé de lacs, de marais et de tourbières se dévoile. D’immenses forêts, repères des loups, des ours et des lynx, recouvrent près de la moitié du territoire estonien. Il n’est pas rare de rencontrer des grues cendrées qui se promènent dans des prés.

    Une viticulture dans un pays nordique

    C'est près de la ville universitaire de Tartu qu'une station d'expérimentation agricole teste depuis une dizaine d’années de nouvelles variétés de raisin. Dans une parcelle, les vignes sont conduites sur des palissages et les feuilles correctement exposées au soleil qui se laisse encore désirer. L’image est surprenante dans ce paysage nordique. Mais il faudra désormais s’y habituer, selon Endla Reintam, professeure d'écologie des sols et vice-rectrice de l’Université des Sciences de la Vie : « vous voyez bien que c'est possible de faire pousser les grappes de raisin dans les conditions climatiques du nord. Les variétés plantées en Europe occidentale ne survivraient pas chez nous. C’est pourquoi on a décidé de tester de nouveaux cépages résistants au froid. Un jour, ils produiront du vin. »

    Pour son collègue, Alar Astover, directeur de la Faculté des sols à la même Université de Tartu, le projet est loin d’être anecdotique : « il s'agit, évidemment, d'un secteur de niche. Mais la viticulture pourrait apporter de la diversité dans l'activité agricole dans les campagnes. Avec des emplois à la clé. Le vin est un produit à haute valeur ajoutée. Les futurs viticulteurs pourraient multiplier leurs revenus. La terre convertie en vignoble serait mieux valorisée. »

    Face aux températures qui grimpent

    Une incertitude pèse sur les pays traditionnellement producteurs de vin, comme la France, l’Espagne ou le Portugal. Dans quel monde cultivera-t-on la vigne dans cinquante ans ? se demandent des viticulteurs en Argentine, en Californie ou encore en Australie. Les pronostics sur le changement climatique ne les rassurent guère. Si les activités industrielles actuelles et la diffusion du modèle de consommation occidental se poursuivent, la concentration en CO2 devrait doubler par rapport à l'ère préindustrielle. La température de la Terre augmenterait alors de 3°C en moyenne à la fin du siècle, selon le Groupement d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec). Un scénario catastrophe.

    La vigne est aux premières loges de ce changement radical. Notre planète subira « des modifications drastiques par rapport à aujourd’hui, impliquant des efforts d’adaptation considérables », a martelé Patrice Geoffron lors de son intervention au 1er Symposium sur l’impact du changement climatique sur le vin à Vinexpo 2019. Selon ce professeur d’économie à l’Université Paris-Dauphine, alors que la production du vin s’est toujours bien adaptée à une très grande variété d’environnements, « le défi actuel est celui de la vitesse du changement et de la capacité à y faire face. Quel coût cela va-t-il engendrer ? Et saura-t-on garder une cohérence avec la tradition, la typicité des vins et l’attente des consommateurs ? »

    L’une des voies d’adaptation envisageable passe par le déplacement des limites de, ce que l’on appelle, la « zone de confort » climatique de la vigne. Traditionnellement, on cultive la vigne dans les régions situées entre les trentième et cinquantième parallèles au nord et au sud. L’accroissement des températures force déjà certains producteurs à pousser leurs vignobles plus au nord dans l’hémisphère Nord, et inversement dans celui du Sud. La carte mondiale des producteurs de vin se redessine. Aujourd’hui, on produit du vin en Angleterre, en Belgique, en Suède ou aux Pays-Bas. Et un jour, peut-être, en produira-t-on en Estonie ?

    Retour à Tartu

    C’est en tout cas le rêve de ces chercheurs estoniens qui ont choisi d’introduire les cépages hybrides résistant aux rudes hivers du pays. Sur une pancarte accrochée à l’entrée de la station agricole de Tartu sont affichés des noms de ces variétés nouvelles venues de Russie ou d’Allemagne : le rondo, le zilga, le hasansky sladky. Un court descriptif y est joint. Les recherches avancent, mais il faudra sans doute apprendre à maîtriser le sol, le soleil, l'eau et y ajouter le travail de l’homme afin de répondre aux exigences de la vigne.

    Et les pesticides dans tout cela ? Selon Endla Reintam les recherches menées par cette station pourraient contribuer à diminuer et à terme éliminer leur usage : « la plupart des arbres que vous voyez autour sont des pommiers. On y trouve aussi un certain nombre de variétés de baies. Nos techniciens travaillent pour les entreprises qui veulent remplacer les pesticides par des produits respectueux de l'environnement. Par exemple, on teste un produit vert à base de bière pour protéger les fraises des moisissures. » « On ne peut plus se contenter de produire, il faut garder en tête l'impact de nos actes sur l'environnement, » confirme Alar Astover. De nombreux obstacles devront encore être franchis avant que l'on produise du vin en Estonie. Mais ces passionnés travaillent déjà pour y parvenir.


    Sur le même sujet

    • Les variétés de raisin résistantes

      Un vent de renouveau souffle sur la Moselle allemande

      En savoir plus

    • Les variétés de raisin résistantes

      Les cépages nouveaux en Champagne

      En savoir plus

    • Les variétés de raisin résistantes

      Les sauvignons blancs hybrides d'Italie

      En savoir plus

    • Les variétés de raisin résistantes

      Le caladoc et le marselan, de Châteauneuf-du-Pape à la Chine

      En savoir plus

    Archives
       
    • Un vent de renouveau souffle sur la Moselle allemande

      Un vent de renouveau souffle sur la Moselle allemande

      La viticulture mondiale est mise à l'épreuve face au changement climatique. Par ailleurs, la demande des consommateurs pour les produits sans pesticides se fait de plus …

    • Les cépages nouveaux en Champagne

      Les cépages nouveaux en Champagne

      Quelles transformations pour l'économie du vin imposera le climat dans trente ans ? Que faire si les températures continuent de grimper ? Délocaliser les vignes, monter …

    • Les sauvignons blancs hybrides d'Italie

      Les sauvignons blancs hybrides d'Italie

      S'il y a un secteur où le défi du changement climatique est particulièrement palpable, c'est celui de la viticulture. Les vignerons adaptent leurs pratiques aux températures …

    • Le caladoc et le marselan, de Châteauneuf-du-Pape à la Chine

      Le caladoc et le marselan, de Châteauneuf-du-Pape à la Chine

      On estime à 6 000 le nombre de variétés de raisin cultivées dans le monde. Certaines d’entre elles accompagnent l’homme depuis des millénaires, d’autres ont été obtenues …

    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.