GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Boris Johnson joue-t-il avec la démocratie britannique? 

    Boris Johnson a prononcé une suspension du Parlement britannique pour une durée de cinq semaines. Neil Hall/Pool via REUTERS

    Cette semaine dans Le Monde en question, retour sur la décision du Premier ministre britannique Boris Jonhson de suspendre le Parlement, la célèbre Chambre des Communes, pendant cinq semaines, en plein débat final sur le Brexit, qui doit en principe intervenir le 31 octobre prochain. Une décision qui a suscité des réactions scandalisées chez de nombreux politques et citoyens britanniques, qui vont jusqu’à dénoncer « un coup d’État à la britannique ». Et la question posée est la suivante : le Brexit est-il en train de miner le système politique britannique ?

    Les débats interminables sur le Brexit et la meilleure façon de quitter l’Union européenne avaient affaibli le Parlement britannique, avec l’image désastreuse de députés de la Chambre des communes incapables de se mettre d’accord sur un des scénarios qui leur était proposés. Cette crise du système parlementaire est aussi celui des partis politiques, notamment les deux principaux, conservateurs et travaillistes - des partis incapables eux, de s’accorder en interne sur une position commune, de choisir entre un Brexit sans accord, un Brexit à la manière Teresa May, avec le désormais fameux « Backstop », pas de Brexit, ou un second référendum pour vérifier que les Britanniques veulent vraiment ce divorce avec l’Europe, ou même de nouvelles élections générales.

    Ce sont ces divisions internes chez les conservateurs et les travaillistes, qui ont grippé par trois fois la machine parlementaire comme rarement dans l’histoire politique du pays, et entraîné la chute de Teresa May, remplacée à la va-vite par Boris Jonson, ardent défenseur d’un Brexit dur. 

    Le coup de poker de Boris Johnson

    Et le coup de poker que vient de jouer le nouvel occupant du 10, Downing Street, vient encore affaiblir un système politique en état de totale confusion. Le nouveau Premier ministre joue gros - et il joue avec le feu. Dans un pays qui se targue d’avoir inventé la démocratie représentative parlementaire - au point de surnommer la Chambre des Communes « la mère des Parlements », prononcer une suspension du Parlement pour une durée aussi longue - cinq semaines, du jamais vu, et surtout dans un moment de crise aussi grave, cela revient pour beaucoup de députés et citoyens, à opérer un véritable coup d’État ou, comme l’a clamé le tonitruant speaker de la Chambre des Communes John Bercow, à se rendre coupable d’un outrage constitutionnel. Rien que cela.

    En face, le madré et malin Boris Johnson explique benoîtement qu’il ne comprend pas tout ce charivari. Que la suspension du Parlement est chose assez courante entre deux sessions parlementaires, ce qui est vrai. Que cela lui permettra de peaufiner son programme de gouvernement, avant de le délivrer en majesté, par l’entremise de la reine, le 14 octobre prochain. Ce à quoi ses adversaires répliquent que les suspensions d’ordinaire sont d’une semaine environ, et que le calendrier du Brexit rend la décision du Premier ministre pour le moins suspecte.

    Boris Johnson ne trompe pas grand monde 

    En fait, il cherche à empêcher tous les députés opposés à un Brexit sans accord, de pouvoir s’organiser et lui mettre des bâtons dans les roues. Il est en train d’y réussir - sauf si les recours légaux en cours l’obligent à se dédire. Si ce n’est pas le cas, il pourra développer sa stratégie sans encombre, c’est-à-dire mettre les Européens au pied du mur, les contraindre à renégocier. Et en cas d’échec, leur faire porter le chapeau d’un Brexit sans accord.

    Peut-être aussi, en permettant aux députés de débattre quelques jours la semaine prochaine, anticipe-t-il une motion de censure – si elle échoue, il en sortira renforcé. Si elle réussit, il pourra organiser, sans doute après le 31 octobre, des élections générales qui, il l’espère, le légitimeront définitivement, lui qui n’a été élu que par un peu plus de 90 000 sympathisants.

    • L’offensive turque en Syrie, pour quoi faire?

      L’offensive turque en Syrie, pour quoi faire?

      Comme chaque vendredi, nous retrouvons la chronique de Bruno Daroux, Le Monde en Questions. Autour de l’offensive anti-Kurde déclenchée cette semaine par la Turquie dans …

    • Un automne irakien ?

      Un automne irakien ?

      Retour sur les manifestations massives de la jeunesse irakienne, violemment réprimées par les autorités. Comment expliquer cet embrasement social à Bagdad et dans le …

    • Quel est le legs international de Jacques Chirac?

      Quel est le legs international de Jacques Chirac?

      Cette semaine, Le Monde en Question revient sur le décès de l’ancien président Jacques Chirac, qui dirigea la France de 1995 à 2007. Que retiendra-t-on de Jacques Chirac …

    • La crise des démocraties représentatives

      La crise des démocraties représentatives

      Cette semaine dans Le monde en question, retour sur le concept de démocratie représentative, un concept vieux de plus de 200 ans mais dont la mise en pratique connait …

    • Un G7 à Biarritz, quelle ambition, quels résultats?

      Un G7 à Biarritz, quelle ambition, quels résultats?

      Comme chaque semaine, nous retrouvons la chronique de Bruno Daroux, Le Monde en Questions. On parle cette semaine du sommet du G7 qui réunit ce week-end à Biarritz les …

    • Orage diplomatique entre Londres et Washington: à qui profite la crise?

      Orage diplomatique entre Londres et Washington: à qui profite la crise?

      Comme chaque semaine, nous retrouvons la chronique de Bruno Daroux, Le Monde en Questions. Retour sur le regain de tension entre Londres et Washington. Une crise qui …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.